• Accueil
  • > Archives pour le Mercredi 11 janvier 2017

Evangile du 2d dimanche dans l’année A

Posté par rtireau le 11 janvier 2017

Voici

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 1, 29-34. 
En ce temps-là, voyant Jésus venir vers lui, Jean le Baptiste déclara : « Voici l’Agneau de Dieu, qui enlève le péché du monde ; 
c’est de lui que j’ai dit : L’homme qui vient derrière moi est passé devant moi, car avant moi il était. 
Et moi, je ne le connaissais pas ; mais, si je suis venu baptiser dans l’eau, c’est pour qu’il soit manifesté à Israël. » 
Alors Jean rendit ce témoignage : « J’ai vu l’Esprit descendre du ciel comme une colombe et il demeura sur lui. 
Et moi, je ne le connaissais pas, mais celui qui m’a envoyé baptiser dans l’eau m’a dit : “Celui sur qui tu verras l’Esprit descendre et demeurer, celui-là baptise dans l’Esprit Saint.” 
Moi, j’ai vu, et je rends témoignage : c’est lui le Fils de Dieu. » 

Publié dans Non classé | Commentaires fermés

Homélie

Posté par rtireau le 11 janvier 2017

Deuxième dimanche dans l’année A – 15 janvier 2017

Isaïe 49, 3.5-6 ; Psaume 39 ; 1 Corinthiens 1, 1-3 ; Jean 1, 29-34

Du fond de leur exil à Babylone, les déportés d’Israël se demandent si Dieu ne les aurait pas oubliés. La voix d’Isaïe s’élève pour dire qu’il n’en est rien. Mais que Dieu a des grands moyens surprenants : un Serviteur disponible, qui sera le peuple d’Israël. Un serviteur, une sorte de berger chargé de ramener les rescapés d’Israël. Il sera lumière des nations jusqu’aux extrémités de la terre, non pas un roi puissant, mais un serviteur pour dire a chacun : “Tu as de la valeur aux yeux du Seigneur.” Sur une carte de vœux, un jour, ça pouvait s’écrire très brièvement : “Le roi dit : comptez-les tous. Dieu dit : tout le monde compte.” Les grand moyens de Dieu, un serviteur pour dire a chacun : “Tu de la valeur aux yeux du Seigneur.”  C’est à dire : tout le monde compte.

Dans l’Evangile de ce jour, Jean-Baptiste désigne Jésus : “Voici l’Agneau de Dieu”. Il est bon de savoir qu’en araméen le terme talya signifie en même temps Agneau et Serviteur.

L’Evangile de Jean a été écrit longtemps après Pâques, donc à la lumière de la résurrection de Jésus. On comprend que Jean-Baptiste paraisse naturellement et facilement contemplatif. En réalité, tout n’a sans doute pas été si clair pour lui du premier coup. Mais plusieurs dizaines d’années après l’événement, à la lumière de la résurrection, il nous est présenté comme quelqu’un qui voyait l’invisible.

Voir l’invisible… Dans la vie, il y a ceux qui se vantent d’être réalistes : “Moi, je ne crois que ce que je vois.” Et il y a ceux, comme Jean-Baptiste, qui voient parce qu’ils croient, ceux qui voient beaucoup plus que le visible parce qu’ils ont la foi.

Les grands moyens que Dieu prend pour redonner espérance au monde, c’est son peuple serviteur d’après Isaïe, c’est son fils serviteur d’après Jean-Baptiste, son fils qui prend le visage de l’homme. C’est Dieu qui s’envisage, non pas avec des grands moyens, mais en se mettant du côté des victimes et non des oppresseurs. Dieu non seulement du côté des victimes, mais Dieu qui respecte notre liberté jusqu’à l’extrême. Dieu qui prend sur lui même nos fautes pour nous en libérer. Nous qui sommes baptisés, plongés dans l’Esprit de Dieu, il est bon de nous demander de quel côté nous sommes : du côté des oppresseurs et de la violence, quelle qu’elle soit, même rien qu’en paroles, ou du côté des victimes ?

Dans l’évangile d’aujourd’hui, Jean-Baptiste, qui était jusque là le précurseur, est devenu témoin. Le témoin est d’abord quelqu’un qui voit, qui reconnaît. Or il a une phrase surprenante en parlant de son cousin : “Je ne le connaissais pas.” En même temps, on n’est pas trop surpris qu’il puisse dire : je ne le connaissais pas bien, ou pas comme ça, mais maintenant, je le connais.

Alors il peut être – c’est le second sens du mot – le témoin qui atteste : c’est bien lui.

Et enfin – troisième sens – il peut devenir le témoin qui s’efface, qui veille à ne pas être pris pour celui qu’il veut annoncer : ce n’est pas moi qu’il faut regarder, c’est lui.

Dieu prend visage, Dieu s’envisage dans notre monde. Le plus souvent, ce n’est pas de l’évidence pour nous. On pourrait dire que c’est en crypté, comme dans certaines chaînes de notre télévision. Mais nous sommes dans le temps après la résurrection. Et, de génération en génération, les chrétiens qui nous ont précédés ont été des témoins pour nous. Ils nous ont dit les signes de la présence du ressuscité, les signes dont ils ont été témoins. Et grâce à eux, par moments, le crypté a pu devenir clair.

Toutes ces générations ont été des témoins pour nous. Sans doute vous voyez où je veux en venir : c’est à nous maintenant de prendre le relais et d’être témoins, pour que chacun entende en clair : “Tu as de la valeur aux yeux du Seigneur.”  A nous d’être témoins pour que chacun puisse petit à petit porter le même regard contemplatif que Jean-Baptiste sur le monde.

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

 

boutiqueesoterique |
Entre Dieu et moi paroles d... |
Eglise de Maison |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Vous connaîtrez la vérité e...
| CHORALE "VOIX DES ANGES" D'...
| Le son de la trompette