• Accueil
  • > Archives pour le Mercredi 3 janvier 2018

Evangile de la fête de l’épiphanie – 7 janvier 2018

Posté par rtireau le 3 janvier 2018

Epiph

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 2,1-12. 
Jésus était né à Bethléem en Judée, au temps du roi Hérode le Grand. Or, voici que des mages venus d’Orient arrivèrent à Jérusalem 
et demandèrent : « Où est le roi des Juifs qui vient de naître ? Nous avons vu son étoile à l’orient et nous sommes venus nous prosterner devant lui. » 
En apprenant cela, le roi Hérode fut bouleversé, et tout Jérusalem avec lui. 
Il réunit tous les grands prêtres et les scribes du peuple, pour leur demander où devait naître le Christ. 
Ils lui répondirent : « À Bethléem en Judée, car voici ce qui est écrit par le prophète : 
‘Et toi, Bethléem, terre de Juda, tu n’es certes pas le dernier parmi les chefs-lieux de Juda, car de toi sortira un chef, qui sera le berger de mon peuple Israël.’ » 
Alors Hérode convoqua les mages en secret pour leur faire préciser à quelle date l’étoile était apparue ; 
puis il les envoya à Bethléem, en leur disant : « Allez vous renseigner avec précision sur l’enfant. Et quand vous l’aurez trouvé, venez me l’annoncer pour que j’aille, moi aussi, me prosterner devant lui. » 
Après avoir entendu le roi, ils partirent. Et voici que l’étoile qu’ils avaient vue à l’orient les précédait, jusqu’à ce qu’elle vienne s’arrêter au-dessus de l’endroit où se trouvait l’enfant. 
Quand ils virent l’étoile, ils se réjouirent d’une très grande joie. 
Ils entrèrent dans la maison, ils virent l’enfant avec Marie sa mère ; et, tombant à ses pieds, ils se prosternèrent devant lui. Ils ouvrirent leurs coffrets, et lui offrirent leurs présents : de l’or, de l’encens et de la myrrhe. 
Mais, avertis en songe de ne pas retourner chez Hérode, ils regagnèrent leur pays par un autre chemin.

Publié dans Non classé | Commentaires fermés

Homélie

Posté par rtireau le 3 janvier 2018

Fête de l’Epiphanie – 7 janvier 2018

Isaïe 60, 1-6 ; Psaume 71 ; Ephésiens 3, 2-3a. 5-6 ; Matthieu 2, 1-12

L’Epiphanie après Noël, c’est un peu comme la Pentecôte après Pâques, et comme la confirmation après le baptême. En tous cas c’est la fête de l’espérance car elle montre la venue de Jésus à toute l’humanité. Lorsque les anges chantent au moment de sa naissance, tout le monde est concerné : « Gloire à Dieu au plus des cieux et paix sur la terre aux hommes qu’il aime ».

St Paul écrit aux Ephésiens quelques mots qui permettent de comprendre la visite des Mages : “Toutes les nations sont associées au même héritage, au même corps, au partage de la même promesse, dans le Christ Jésus, par l’annonce de l’Évangile.” Déjà dans le premier Testament, par son Alliance avec Abraham, puis Moïse et Israël au Sinaï, Dieu avait révélé qu’il était Dieu de tous les peuples. Appeler Israël le peuple élu ne voulait donc pas dire que c’était à l’exclusion des autres, mais qu’il lui était confié une responsabilité, une mission pour toutes les nations. Les prophètes ont rappelé l’universalité de cette mission, et ils ont dénoncé ses tentations nationalistes. Isaïe, dans la 1ère lecture, en rappelle le sens : “Les nations marcheront vers ta lumière, et les rois, vers la clarté de ton aurore. Lève les yeux alentours, et regarde : tous, ils se rassemblent, ils viennent vers toi ; tes fils reviennent de loin, et tes filles sont portées sur la hanche. Alors tu verras, tu seras radieuse, ton cœur frémira et se dilatera.”

« Gloire à Dieu au plus des cieux et paix sur la terre aux hommes qu’il aime ». C’est la traduction connue du chant des anges. Mais écoutez donc ce que dit le texte grec : « Gloire à Dieu dans les très-hauts et sur la terre paix parmi les humains de bienveillance. » Seuls ceux qui sont des humains de malveillance ne peuvent pas accueillir Noël et l’Epiphanie. Pour autant ce sont bien des fêtes universelles : La paix de Dieu qu’annonce Jésus, elle est manifestée parmi tous les humains de bienveillance. C’est une étoile qui invite des non-juifs à venir reconnaître le nouveau roi de la paix qui vient de naître. Ce roi vient accomplir ce qu’annonçaient les prophètes. Il est le roi d’un royaume nouveau dont les membres sont tous les humains de bienveillance, pauvres de cœur, doux, artisans de paix, assoiffés de justice. C’est un roi qui fait trembler de peur les rois de la terre.

Surprise désagréable pour les mages venus d’Orient. Ils découvrent en Israël des gens de malveillance. Un roi Hérode jaloux de son pouvoir, prêt à égorger tout concurrent. Des chefs des prêtres et des scribes prisonniers de leurs Ecritures interprétées à la lettre.

Surprise agréable, pour ces mages étrangers, de voir l’étoile s’arrêter non au-dessus d’un palais, mais au-dessus d’une petite maison et d’y reconnaître un roi en la personne d’un petit enfant inconnu dans les bras de sa mère. Ainsi les récits de Noël et de l’Epiphanie annoncent une inversion des valeurs humaines. Ils laissent entrevoir déjà le procès qui sera fait à l’enfant de Bethléem quand il déclarera la préférence de Dieu pour les petits et les pauvres, et quand il se présentera comme l’homme de bienveillance absolue, allant jusqu’à aimer ses ennemis, pour ouvrir chacun à la bienveillance universelle de Dieu.

Ils lui offrirent leurs présents. Voilà le grand geste d’amour et de confiance que les mages nous proposent. Le passé ? Il n’est plus. Le futur ? Il n’est pas encore. Mais le présent que je vis, là ou je suis, dans ma maison, sur un lit d’hôpital ou en prison, je peux de tout mon cœur te l’offrir. Pour être simplement avec toi aujourd’hui.

Et puis on ne sort jamais indemne de la rencontre de Dieu : ce n’est pas pour rien que les mages sont repartis par un autre chemin : c’est le chemin de la conversion. Connaissez-vous la petite parabole des essuie-glaces ?
Vous savez qu’on peut conduire sous la pluie… à condition d’avoir des essuie-glaces en bon état !
Eh bien je vous souhaite de bons essuie-glaces capables de traverser 2018 en voyant clairement la route. Ils portent les noms de bonté, bienveillance, pardon, justice… pour qu’à l’intérieur de la voiture, je veux dire de votre cœur, il y ait toujours surabondance de joie et de paix.

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

 

boutiqueesoterique |
Entre Dieu et moi paroles d... |
Eglise de Maison |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Vous connaîtrez la vérité e...
| CHORALE "VOIX DES ANGES" D'...
| Le son de la trompette