Une très belle histoire de Confession

Posté par rtireau le 13 mars 2018

confession

LA CONFESSION

J’avais 7 ans et c’était le veille du grand jour : le jour de ma « communion privée ». J’y avais été affectueusement et longuement préparé par mes parents et ma chère marraine. Restait une étape importante à franchir : la confession … Ça, c’était difficile !

D’abord apprendre des prières compliquées : « Je confesse à Dieu » et « Acte de contrition » avec un tas de mots que je ne comprenais pas. Et puis surtout chercher mes péchés. Ma marraine, ma confidente, m’y aida en grand secret.

Ce samedi soir, donc, j’étais à l’église, attendant mon tour dans la pénombre, très angoissé … Enfin, maman m’a poussé avec un sourire : c’était mon tour ! J’ai soulevé le rideau du confessionnal : Il faisait tout noir. Je suis resté debout, comme on me l’avait dit, pour être à la hauteur de la grille. Prenant ma respiration, j’ai récité le « Je confesse » jusqu’à « C’est ma faute … ». Puis j’ai dit mes péchés, en baissant peut-être un peu ma voix. Enfin libéré, à toute allure, le reste du « Je confesse », et l’acte de contrition dans la foulée. Je suis ressorti, fier, délivré, et cependant un peu inquiet … Finalement, ça c’était mieux passé que je le redoutais. Peut-être que j’avais oublié quelque chose ou pas fait vraiment ce qu’il fallait ?…

Je n’eus pas le temps de m’interroger beaucoup, Monsieur l’abbé est sorti du confessionnal et, avec un bon sourire, a expliqué à maman que, en fait, c’est à la porte du guichet encore fermée que je m’étais confessé … Il fallait recommencer ! … On m’aida à me réinstaller. J’étais complètement perdu. Heureusement, c’est Monsieur l’abbé qui s’est mis à parler. Longtemps, gentiment … Jésus allait venir dans mon cœur, c’était un grand jour… Je l’écoutais sous le charme. Et puis, tout à coup, la panique me saisit et je n’entendais plus rien … Alerté par un reniflement ou un sanglot, Monsieur l’abbé questionna : « Tu pleures ? … » Et dans le plus profond désespoir, j’arrivais à répondre : « J’ai oublié tous mes péchés ! … » C’était la catastrophe ! Mais l’abbé répondit : « Tu as oublié tous tes péchés ? … Tous ? … Oh ! Que je suis content ! Ça prouve que Jésus aussi les a oubliés et il ne veut plus que tu t’en rappelles ! Maintenant, il est comme toi, il dit : Vivement demain, la communion ! … »

J’étais heureux, heureux, heureux … Je suis rentré à la maison en sautant d’un pied sur l’autre. Le lendemain fut un jour de fête inoubliable …

C’est comme ça le dialogue : J’avais tout dit, tout, vraiment tout, et je n’avais pas été entendu parce que la porte était fermée. Dans un deuxième temps, je n’ai rien dit, rien, et j’ai été parfaitement entendu et compris parce que la porte était ouverte.

Laisser un commentaire

 

boutiqueesoterique |
Entre Dieu et moi paroles d... |
Eglise de Maison |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Vous connaîtrez la vérité e...
| CHORALE "VOIX DES ANGES" D'...
| Le son de la trompette