• Accueil
  • > Archives pour le Jeudi 17 mai 2018

Evangile de la fête de la Pentecôte – 20 mai 2018

Posté par rtireau le 17 mai 2018

Pentec

Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean 15, 26-27.16, 12-15. 
En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Quand viendra le Défenseur, que je vous enverrai d’auprès du Père, lui, l’Esprit de vérité qui procède du Père, il rendra témoignage en ma faveur. 
Et vous aussi, vous allez rendre témoignage, car vous êtes avec moi depuis le commencement. 
J’ai encore beaucoup de choses à vous dire, mais pour l’instant vous ne pouvez pas les porter. 
Quand il viendra, lui, l’Esprit de vérité, il vous conduira dans la vérité tout entière. En effet, ce qu’il dira ne viendra pas de lui-même : mais ce qu’il aura entendu, il le dira ; et ce qui va venir, il vous le fera connaître. 
Lui me glorifiera, car il recevra ce qui vient de moi pour vous le faire connaître. 
Tout ce que possède le Père est à moi ; voilà pourquoi je vous ai dit : L’Esprit reçoit ce qui vient de moi pour vous le faire connaître. »

Publié dans Non classé | Commentaires fermés

Homélie

Posté par rtireau le 17 mai 2018

Fête de la Pentecôte -  20 mai 2018

Actes 2, 1-11 ; Psaume 103 ; Galates 5, 16-25 : Jean 15, 26-27; 16, 12-15

Jésus a disparu. Ses proches se sont enfermés dans un espace clos. Que vont-ils faire maintenant ? Se replier dans la nostalgie ? Se protéger ? Ou retourner à leur point de départ ? Mais non. Car quelque chose se produit. Le texte raconte qu’il y a un grand bruit, comme un violent souffle. La communication entre les disciples est troublée : il leur faut inventer une nouvelle façon de communiquer. C’est comme ça ! Là où entre l’Esprit les petits groupes fermés deviennent insupportables. L’Esprit est la surprise de Dieu, le trouble-fête qui met en mouvement et provoque un départ. 

Alors ils sortent et se mettent à parler en plusieurs langues. La rumeur concernant Jésus est en train de devenir multiculturelle, multiraciale. Luc, l’auteur des Actes des apôtres, donne deux précisions. D’abord, ça se passe à Jérusalem. Donc l’Eglise a bien une origine juive. Et puis seconde précision : un peuple bigarré et polyglotte apparaît, un peuple un peu à l’image du cœur de Dieu en qui il y a plusieurs demeures. Comme si la Pentecôte inversait l’histoire de Babel en inaugurant un peuple sans frontières, où l’on se parle dans le respect, où l’on essaie d’habiter et d’aimer la diversité humaine.

Ecoutez le cri de Pentecôte du père Jean-Yves Baziou : 

« Eh bien ! Que souffle cet Esprit… Qu’il soit le trait d’union de nos langages, de nos cris de colère et de révolte, de nos chansons d’espoir et de liberté, de nos aveux d’amour, de nos rires de joie, des délires des fous, des poèmes de nos beaux jours et de ceux de nos tristesses, des musiques et des danses de toutes les fêtes…

Vue à partir de cet horizon, l’Eglise apparaît comme pouvant faire savourer l’avant-goût d’une humanité réconciliée avec ses différences. Etrange identité chrétienne : … sans cesse mouvante et instable car ouverte sur l’autre. Elle se construit de la dynamique de la communication. Elle s’essouffle et s’étiole quand elle se protège de ceux qui sont au loin. Peut-être est-elle en mesure de déchiffrer le message spirituel qui est dans l’air de notre époque et qui nous annonce que nous devons changer notre manière de vivre et de penser de telle sorte que la coexistence des diversités soit possible. Car nous vivons une période où l’universalité devient partout concrète. En chaque espace l’étranger est là, devenu notre voisin. Il nous faut donc trouver les moyens d’une coexistence qui est inédite à l’échelle de l’histoire.

Des nations cherchent à construire des murs. Mais elles n’empêcheront pas l’inexorable mouvance des peuples qui les conduit à se mêler et à partager le monde désormais commun. »

Dans la revue Signes, j’ai trouvé ces quelques mots sur l’Evangile d’aujourd’hui. : “L’évangile de Jean a trouvé un mot nouveau pour parler de l’Esprit. Il parle du Défenseur. Ce mot a le mérite d’être concret. Le Défenseur, c’est l’avocat de la défense. Mais qui se porte partie civile contre l’homme ? Si c’est Dieu qui fournit l’avocat de la défense, ce ne peut être lui qui entame un procès contre l’homme. Quel serait ce Dieu qui à la fois mettrait l’homme en accusation et le défendrait contre lui même ? Non ! Dieu a fait un tout autre choix. Partout où l’homme sera menacé de perdre son humanité d’homme, c’est Dieu lui-même qui le défendra. L’Esprit de Dieu s’est fait droit de l’homme.”

J’aime bien aussi la petite parabole intitulée: Entre Ascension et Pentecôte. Je vous la raconte au moins une fois par an. Elle nous dit comment l’Esprit est à l’œuvre modestement dans notre monde. La voici : Quand le Christ ressuscité était en train de monter au ciel, il jeta un coup d’œil vers la terre et la vit plongée dans l’obscurité, sauf quelques petites lumières sur Jérusalem. En pleine ascension, il croise l’ange Gabriel qui lui demande :

- “Seigneur, qu’est-ce que c’est que ces petites lumières ?” 

- “Ce sont les Apôtres en prière, groupés autour de ma mère. Mon plan : à peine rentré au ciel, leur envoyer mon Esprit, pour que ces petits feux deviennent un grand brasier, qui enflamme d’Amour – Charité, peu à peu, tous les peuples de la terre !”  

Et l’ange Gabriel ose répliquer: “Et que ferez-vous, Seigneur, si ce plan ne réussit pas ?” 

Après un instant de silence, le Seigneur lui répond doucement :“Mais je n’ai pas d’autre plan.”

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

 

boutiqueesoterique |
Entre Dieu et moi paroles d... |
Eglise de Maison |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Vous connaîtrez la vérité e...
| CHORALE "VOIX DES ANGES" D'...
| Le son de la trompette