Homélie

Posté par rtireau le 24 mai 2018

Fête de la Trinité dans l’année B - 27 mai 2018

Deutéronome 4, 32-34; 39-40 ; Psaume 32 ; Romains 8, 14-17 ; Matthieu 28, 16-20

Vous vous êtes déplacés nombreux et peut-être de loin pour ce moments de fête où l’un de vos proches est concerné au plus profond de lui, pour ce moment où l’un de vos proches, comme disait Mgr Rouet quand il était évêque de Poitiers, met en jeu quelque chose de fondamental pour son existence. Vous êtes venus pour une raison relationnelleforte, une raison d’amitié ou d’affection. Vous avez eu raison. On l’a souvent remarqué, Dieu déplace les foules quand il y a une bonne raison humaine relationnellede bouger, aux baptêmes, aux mariages, aux obsèques… Tertullien, un père de l’Eglise du 3° siècle vous aurait dit que vous êtes venus pour ce qu’il appelait le “sacrement du frère.” (ou du petit frère, ou du petit fils).

TrinitéLe mot est lâché ? Compliqué ? Pas plus que nos familles humaines. Personne n’a attendu de savoir ce qu’est une famille pour venir au monde et y vivre. La Trinité, ce n’est pas un truc d’intellectuels,c’est le mot que l’Eglise a trouvé pour formuler ce que nous disent de Dieu le livre Evangile et la vie que nous vivons

dans l’EvangileJésusparle du Pèredont il reçoit tout ; et quand il s’en va, il annonce qu’il nous enverra l’Esprit ; 

dans notre vie, Dieu Trinité aide à comprendre qui nous sommes. Pourquoi si différents les uns des autres ? Parce que nous sommes créés à l’image d’unDieu-pluriel.

La Trinité n’est pas une énigme. C’est une clépour comprendre qui nous sommes :Jésus dit qu’il nous est possible de connaître le Père“Dieu, personne ne l’a jamais vu, le Filsunique,…  lui qui est dans le sein du Père, c’est lui qui 1’a fait connaître.(Jean1, 18). Jean-Noël Besançon a une belle formule : Jésus, tout le portrait de son Père !” Ce visage, Saint Jean le décrit en ces mots : “Dieu est amour” (1 Jean 4, 8).Jésus parle de Dieu comme nous parlons d’amour. 

L’Evangile d’aujourd’hui nous dit :“Allez !… Faites des disciples”.Non pas : cherchez des adhérents. Mais allez. Aller, c’est partir, quitter, être libre. Aller, c’est signe de confiance. Va! C’est une décision. Il s’agit d’apprendre à garder les commandements autrement qu’au frigo. Le seul commandement c’est d’aimer ! Une jeune fille avait un jour formulé joliment cette richesse que chacun de nous porte en lui : “Dieu est le seul bonheur gratuit auquel tout le monde a droit”.

Des enfants commencent à communier. Ils vont recevoir le Corps du Christ ! Beaucoup aimeraient qu’on explique. Non ! Il ne faut pas expliquer. Car ce n’est pas compliqué, c’est mystérieux. Et un mystère ce n’est pas : “y’a rien à comprendre”, mais “il y a tellement à comprendre que vous n’aurez jamais fini.”C’est pour ça que pour commencer à communier on se met en chemin longuement. Savez-vous que les enfants en sont à leur 4° rendez-vous ici ?

• Ils sont venus en octobre pour observer le temps de l’accueil… “Là où deux ou trois sont réunis en mon nom, je suis là.” Présence réelle du Christ dans notre rassemblement.

• Ils sont revenus pour le temps de la Parole. Et ils ont compris que ce livre que tout le monde appelle La Bible, que beaucoup appellent l’Ecriture Sainte, ils ont compris comment chacun est invité à y entendre une Parole de DieuPrésence réelle du Christ dans sa Parole.

• Puis les enfants sont revenus le Jeudi-Saint, ce fameux soir où Saint Paul raconte le dernier repas de Jésus etSaint Jeancomment Jésus a lavé les pieds de ses disciples, un travail d’esclave… Invitation à croire à la présence réelle du Christ Serviteur dans l’Eucharistie. Ils ont même gestué l’évangile où Jésus lave les pieds de ses disciples.

• Ils sont là aujourd’hui pour avoir part au Corps du Christ dans la communion.

• Ils reviendront pour l’Envoi, où l’on s’entend dire : “Allez !”… vers vos frères… Présence du Christ dans le frère rencontré : “Ce que vous faites au plus petit, c’est à moi…”

En réalité, Nous communions à la présence réelle du Christ pendant la messe pour devenir nous-mêmes présence réelle du Christ après la messe. Alors accueillons le Christ en communiant. On ne mange pas ce pain n’importe comment. On le reçoit avec respect. Saint Cyrille de Jérusalem disait dès le 4° siècle : “Fais de ta main un trône pour ton autre main qui doit recevoir le Christ”. Et moi je vous invite au sourire en donnant l’eucharistie, et au sourire en la recevant.

Laisser un commentaire

 

boutiqueesoterique |
Entre Dieu et moi paroles d... |
Eglise de Maison |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Vous connaîtrez la vérité e...
| CHORALE "VOIX DES ANGES" D'...
| Le son de la trompette