• Accueil
  • > Archives pour le Jeudi 22 novembre 2018

Fête du Christ-Roi dans l’année B – 25 novembre 2018

Posté par rtireau le 22 novembre 2018

169eweb

Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean 18, 33b-37.

En ce temps-là, Pilate appela Jésus et lui dit : « Es-tu le roi des Juifs ? »
Jésus lui demanda : « Dis-tu cela de toi-même, ou bien d’autres te l’ont dit à mon sujet ? »
Pilate répondit : « Est-ce que je suis juif, moi ? Ta nation et les grands prêtres t’ont livré à moi : qu’as-tu donc fait ? »
Jésus déclara : « Ma royauté n’est pas de ce monde ; si ma royauté était de ce monde, j’aurais des gardes qui se seraient battus pour que je ne sois pas livré aux Juifs. En fait, ma royauté n’est pas d’ici. »
Pilate lui dit : « Alors, tu es roi ? » Jésus répondit : « C’est toi-même qui dis que je suis roi. Moi, je suis né, je suis venu dans le monde pour ceci : rendre témoignage à la vérité. Quiconque appartient à la vérité écoute ma voix. »

Publié dans Non classé | Commentaires fermés

Homélie

Posté par rtireau le 22 novembre 2018

Fête du Christ-Roi dans l’année B - 25 novembre 2018

Daniel 7, 13-14 ; Psaume 92 ; Apocalypse 1, 5-8 ; Jean 18, 33-37

Un petit mot d’histoireau sujet de la fête du Christ-Roi. Elle est récente : 1925, au temps du pape Pie XI. En ce temps-là, presque tous les états Européens ont pris leur autonomie par rapport à l’Église. Et beaucoup de chrétiens sont nostalgiques de ces temps où le Pape et les Évêques exerçaient une tutelle sur la vie de la cité. Certains rêvent même de reconquête, en particulier les régimes autoritaires qui reconnaissent Dieu et font à l’Eglise une place de choix. En France le souvenir de la séparation de l’Eglise et de l’Etat est encore présent. Et ici ou là on chante le Christ-Roi avec des accents quelque peu revanchards. Il y a erreur sur notre roi !

Dans le texte d’aujourd’hui, Jésus est inculpé ! Le juge qui l’interroge c’est Pilate, chef de l’armée d’occupation romaine et préfet d’un des plus grands empires qui ait dominé le monde. Rome règne alors sur un territoire immense qui correspondrait aujourd’hui à Italie-France-Portugal-Espagne-Angleterre, une partie de l’Allemagne, l’Autriche, l’ex-Yougoslavie, Roumanie-Grèce-Turquie-Syrie-Liban-Palestine et toute l’Afrique du nord. D’un côté donc, ce magistrat puissant chargé de mater les insurrections, et de l’autre le charpentier d’une bourgade de Galilée. Pas besoin de lunettes particulières pour voir que Jésus, dans cette situation-là, n’est pas roi à la manière du monde.

Pilate est tout déconcerté : “Es-tu le roi des Juifs ?” Réponse de Jésus : “Ma royauté ne vient pas d’ici”. On se souvient que Jésus a refusé que les foules le fassent roi, après la multiplication des pains… et il avait fui, seul, dans la montagne (Jean 6). 

Comment peut-on dire que Jésus est bien le roi que nous fêtons aujourd’hui ? Eh bien, avec le recul, on peut dire que Jésus exerce son pouvoir de roi lorsqu’il guéritmalades, aveugles, boiteux et lépreux. Et lorsqu’il délivreceux qui sont possédés : il donne alors le signe de la présence de Dieu à son peuple. Et encore quand il fréquenteles publicains et la femme adultère : il manifeste Dieu miséricordieux qui ne veut pas la mort du pécheur. Et encore quand il pleuresur Lazare et sur Jérusalem : il exprime la tendresse du Père pour nos détresses humaines. Jésus est le roi de l’Amourplus fort que la haine, de la libertéqui rend les hommes libres. A nous de l’écouter pour nous laisser configurerà lui et à sa manière d’être. Alors il peut continuer d’être Roi par la foi que nous lui donnons, par la confiance que nous faisons à sa Parole, par notre vie quotidienne quand elle commence à ressembler à la sienne.

Ecoutez donc cette petite histoire de roi : 

Il était un roitrès bon. Mais il y avait tant de rouages entre lui et son peuple, que le peuple ne le connaissait plus et était malheureux. Le Roi envoyait des ministres, des médecins, des assistantes sociales et même des curés aux provinces les plus éloignées. Mais certains ne savaient pas comment s’y prendre, et d’autres en profitaient pour se remplir les poches.

Le Roi décida de faire une tournée personnelle dans son royaume. Partout, on organisait des réceptions, des banquets, des fêtes, … Le peuple qui se laisse toujours prendre à ce genre de spectacle, criait : “Vive notre Roi !”et il agitait des drapeaux. Mais à peine les dernières fusées de feux d’artifice éteintes, chacun se retrouvait aussi malheureux qu’avant et même un peu plus : “Pourquoi ne suis-je pas né dans la peau du Roi, ou au moins dans celle de l’un de ses courtisans ?”

Le Roi réunit son entourage : “Je donne à mon premier ministre tous pouvoirs pour gouverner en mon absence. Et moi, incognito, je vivrai au milieu du peuple, travaillant de mes mains. Le soir, je réunirai quelques voisins. Un jour, ils comprendront qui je suis.”

Naturellement, le chef du protocole intervint pour faire les objections que vous devinez : et il conclut : “Majesté, quand vous aurez réussi à rendre heureux une douzaine de voisins, vous serez bien avancé ! Des dizaines de millions d’hommes resteront malheureux.”

“Mon ami, répondit le Roi, je ne t’ai pas attendu pour me faire la même objection… Voilà ce que j’ai pensé : j’apprendrai à ma douzaine de voisins à en faire autant, chacun avec trois, quatre ou dix, selon ses possibilités. Si chacun communique ainsi un peu de son bonheur à ses proches, tout mon royaume en sera transformé.” 

Fais-le, ça se fera. Et l’exemple nous est venu de haut.

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

 

boutiqueesoterique |
Entre Dieu et moi paroles d... |
Eglise de Maison |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Vous connaîtrez la vérité e...
| CHORALE "VOIX DES ANGES" D'...
| Le son de la trompette