• Accueil
  • > Archives pour le Vendredi 21 décembre 2018

Evangile de la fête de Noël – 25 décembre 2018

Posté par rtireau le 21 décembre 2018

Le peuple

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 2, 1-14.

En ces jours-là, parut un édit de l’empereur Auguste, ordonnant de recenser toute la terre –
ce premier recensement eut lieu lorsque Quirinius était gouverneur de Syrie.
Et tous allaient se faire recenser, chacun dans sa ville d’origine.
Joseph, lui aussi, monta de Galilée, depuis la ville de Nazareth, vers la Judée, jusqu’à la ville de David appelée Bethléem. Il était en effet de la maison et de la lignée de David.
Il venait se faire recenser avec Marie, qui lui avait été accordée en mariage et qui était enceinte.
Or, pendant qu’ils étaient là, le temps où elle devait enfanter fut accompli.
Et elle mit au monde son fils premier-né ; elle l’emmaillota et le coucha dans une mangeoire, car il n’y avait pas de place pour eux dans la salle commune.
Dans la même région, il y avait des bergers qui vivaient dehors et passaient la nuit dans les champs pour garder leurs troupeaux.
L’ange du Seigneur se présenta devant eux, et la gloire du Seigneur les enveloppa de sa lumière. Ils furent saisis d’une grande crainte.
Alors l’ange leur dit : « Ne craignez pas, car voici que je vous annonce une bonne nouvelle, qui sera une grande joie pour tout le peuple :
Aujourd’hui, dans la ville de David, vous est né un Sauveur qui est le Christ, le Seigneur.
Et voici le signe qui vous est donné : vous trouverez un nouveau-né emmailloté et couché dans une mangeoire. »
Et soudain, il y eut avec l’ange une troupe céleste innombrable, qui louait Dieu en disant :
« Gloire à Dieu au plus haut des cieux, et paix sur la terre aux hommes, qu’Il aime. »

Publié dans Non classé | Commentaires fermés

Homélie

Posté par rtireau le 21 décembre 2018

Fête de Noël - 24-25 décembre 2018- Luc 2, 1-14 

Connaissez-vous l’histoire de la crèche merveilleuse ? 

Un jour, parce qu’il avait sa petite idée sur Dieu et sur Jésus,quelqu’un avait dit : “On va faire une crèche merveilleuse :

- d’abord on va construire un grand bâtiment exprès. 

            Ça va coûter cher ? Tant pis. Rien n’est trop grandpour Dieu.

- et puis on va mettre plein de très belles décorations… rien que de l’or. 

            Ça va coûter cher ? Tant pis. Rien n’est trop beaupour Dieu.

- et puis on va allumer plein de très belles lumières, tout le temps. 

            Ça va coûter cher ? Tant pis. Rien n’est trop brillantpour Dieu !

On va faire une crèche merveilleuse. Et puis dans le berceau de cette crèche, on va mettre… rien, personne. Parce que Jésus ne vient pas dans un truc comme ça. Il préfère être du côté des plus petits et des plus modestes. 

Voulez-vous connaître le secret de l’espérance de noël :il faut toujours regarder l’homme et Dieu en même temps. 

Gabriel Ringlet,dans son livre L’évangile d’un libre penseur, écrit ceci : 

“Placer Dieu très haut, voilà le chemin habituel. Et c’est beau. Mais on connaît le danger, pour l’homme surtout (car il se retrouve très bas). 

Placer l’homme sur un piédestal mérite aussi admiration. Avec le risque de l’enfermer un peu.

Jésus refuse de choisir entre ces deux «hauteurs» ou, plus exactement, il garde les deux : passionné par la cause de Dieu et passionné par la cause de l’homme, il prend la double nationalité.
Il fait ainsi du christianisme une religion qui est à la fois tournée vers Dieu et vers l’homme.

Ecoutez ce petit dialogue au sujet des hôteliers de Bethléem. Vous savez, ceux qui n’ont pas trouvé de place pour Jésus quand il est né. Quelqu’un a dit :

- Si les hôteliers avaient suqui était ce Jésus qui allait naître, qu’est-ce qu’ils auraient fait ?

- Bien sûr, ils auraient trouvé de la place…

- Alors, comment faire quand un petit va naître pour qu’il y ait tout le temps de la place pour lui ?

Eh bien moi j’ai réfléchi longuement… et figurez-vous que j’ai trouvé la réponse : Il suffit… Il suffit de faire comme si c’était Jésus à chaque fois ? 

Non ! En fait je me trompe encore :Il ne faut pas faire comme si c’était Jésus. Il faut comprendre que c’est Jésus qui naît à chaque fois.

Jacques Noyer, ancien évêque d’Amiens, a écrit ceci pour noël :

C’est alors que le « petit » de la crèche est entré : il a pris la Parole et a ébranlé les forteresses. Il a défié le Tentateur et osé une Parole toute neuve. Fraîche comme une Source. Efficace comme une lame. Attirante comme un aimant. Ce n’est pas tant ce qu’il dit qui frappe, mais sa manière de le dire : il parle à tous, aux pauvres comme aux riches, aux vertueux et aux pécheurs, auxmalades et aux bien-portants, aux juifs et aux étrangers. Avec lui, la Parole transgresse tous les interdits.

Cette Parole dérangeait. Tous les prophètes dérangent et on sait les faire taire. Une croix suffira sans doute. Mais c’est mal connaître la Parole : elle continue à se faire entendre même si son auteur est mort. 

Voyez donc, plus près de vous, dans votre entourage, ceux à qui personne ne parle. Regardez aussi ceux que vous ne voulez plus voir,ceux à qui vous ne voulez plus parler, ceux à qui vous ne savez plus parler. Pour briser le silence, un simple «  Joyeux Noël ! » peut suffire. Vous verrez bien si la Parole trouve un écho. La Parole est là prête à combler de joie les réconciliés. La Parole est là qui veut faire de nous des êtres humains. Voyez, c’est la Parole de Dieu.

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

 

boutiqueesoterique |
Entre Dieu et moi paroles d... |
Eglise de Maison |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Vous connaîtrez la vérité e...
| CHORALE "VOIX DES ANGES" D'...
| Le son de la trompette