• Accueil
  • > Archives pour le Mercredi 20 mars 2019

Evangile du 3° dimanche de carême dans l’année C – 24 mars 2019

Posté par rtireau le 20 mars 2019

p_3_figuier_sterile_lft-08121

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 13, 1-9.

Un jour, des gens rapportèrent à Jésus l’affaire des Galiléens que Pilate avait fait massacrer, mêlant leur sang à celui des sacrifices qu’ils offraient.
Jésus leur répondit : « Pensez-vous que ces Galiléens étaient de plus grands pécheurs que tous les autres Galiléens, pour avoir subi un tel sort ?
Eh bien, je vous dis : pas du tout ! Mais si vous ne vous convertissez pas, vous périrez tous de même.
Et ces dix-huit personnes tuées par la chute de la tour de Siloé, pensez-vous qu’elles étaient plus coupables que tous les autres habitants de Jérusalem ?
Eh bien, je vous dis : pas du tout ! Mais si vous ne vous convertissez pas, vous périrez tous de même. »
Jésus disait encore cette parabole : « Quelqu’un avait un figuier planté dans sa vigne. Il vint chercher du fruit sur ce figuier, et n’en trouva pas.
Il dit alors à son vigneron : “Voilà trois ans que je viens chercher du fruit sur ce figuier, et je n’en trouve pas. Coupe-le. À quoi bon le laisser épuiser le sol ?”
Mais le vigneron lui répondit : “Maître, laisse-le encore cette année, le temps que je bêche autour pour y mettre du fumier.
Peut-être donnera-t-il du fruit à l’avenir. Sinon, tu le couperas.” »

Publié dans Non classé | Commentaires fermés

Homélie

Posté par rtireau le 20 mars 2019

3° dimanche du carême C- 24 mars 2019

Exode 3, 1-8a.10.13-15 ; Psaume 102 ; 1 Corinthiens 10, 1-6.10-12 ; Luc 13,1-9

Imaginez donc Jésus, au milieu de quelques personnes, en train de commenter le journal du jour. Il y a deux faits divers. Tout le monde en parle : des Galiléens ont été massacrés par Pilate ; dix-huit personnes ont été tuées à Siloé par l’écroulement d’une tour. Evidemment les premières questions qui viennent à cette époque devant des catastrophes, c’est : “A qui la faute ?”Ou bien : “Qu’est-ce que j’ai fait au bon Dieu pour que ça m’arrive ?” Et Jésus rectifie : La première question n’est pas la chasse aux coupables, l’urgent n’est pas non plus de se laver les mains, mais de se demander devant chaque événement : qu’est-ce que cet événement me dit ? A quoi il m’appelle ? Autrement dit : Stop ! Ne cherchez pas la culpabilité des autres, ni même  de vous. 

En bref, ne cherchez pas de coupables ! Changez votre idée de Dieu, et changez votre façon de vivre !

* Changez votre idée de Dieu: regardez Moïse, à son travail près du troupeau de son beau-Père : l’ange du Seigneur lui apparaît dans un buisson qui brûle sans se consumer. Ambiance sacrée, mystérieuse : “N’approche pas d’ici, retire les sandales de tes pieds, car le lieu où tu te tiens est une terre sainte”, et Moïse se voile le visage. Ambiance de peur de ce Dieu lointain. Mais il y a la suite et Dieu parle : “J’ai vu, oui, j’ai vu la misère de mon peuple qui est en Egypte…, je suis descendu pour le délivrer de la main des Égyptiens… Maintenant donc, va, je t’envoie …”Je suis proche, et c’est toi, Moïse, qui vas le dire et le montrer. Plus tard, ce sera Jésus qui montrera combien Dieu est proche. Et maintenant, eh bien … vous avez deviné : c’est à nous de le montrer.

* Changez de façon de vivre: stop à la recherche des coupables. A vous de jouer. Oui oui ! Il y a des situations insoutenables, des catastrophes de toutes sortes et la mort d’innocents. La réponse de Dieu n’est pas : “Où sont les coupables ?”Elle est : “J’ai vu la misère de mon peuple…, va, je t’envoie.”  Je connais les souffrances de mon peuple: notre Dieu, c’est celui qui entend les cris. Il connaît la souffrance, et il est toujours avec celui qui essaie de soulager, de délivrer. Notre Dieu n’est jamais avec celui qui fait souffrir.

Va ! Je t’envoie : la réponse de Dieu, à nous de la donner. Nous sommes l’oreille, l’œil, la main de Dieu. C’est nous qui voyons, qui entendons, qui secourons. A nous d’être toujours du côté de la solidarité qui rend Dieu proche. Je me souviens ce couple qui avait reçu un appel au secours d’un ami dans la déprime et qui replongeait dans l’alcool. Ils disaient : “Dès l’après midi, on y était.”Les mêmes racontaient : “On a réussi avec des gens en difficulté à créer une équipe d’ACO.”

Changer notre idée de Dieu, changer notre façon de vivre. A l’époque de Jésus, la violence était naturellement ressentie comme une manifestation de la colère de Dieu. Horreur d’une telle interprétation qui fait de Dieu un tueur, et qui fait du tueur lui-même un instrument de Dieu, donc pas vraiment responsable. Remplacez le nom de Pilate par Hitler, ou par tel ou tel nom beaucoup plus récent, pour réaliser jusqu’où ça peut mener. Et puis si le malheur et la violence manifestaient la justice de Dieu, alors une vie heureuse serait signe qu’on serait irréprochable. Logique ! Si je suis heureux, riche et en bonne santé, c’est que je suis bien avec Dieu. 

Marion Muller Colard a écrit un petit livre intitulé l’autre Dieu.Comme s’il y en avait un autre que celui devant qui on se sent toujours coupable : « Nous sommes, écrit-elle, la seule espèce vivante qui double sa peine à se sentir maudit en plus que d’être malade… les significations perverses que nous donnons aux événements nous font plonger en désespoir plus sûrement que les événements eux-mêmes. »

Jésus dissipe pourtant toutes ces illusions. L’image du figuier stérile est là pour nous répondre. S’il n’est pas coupé aussitôt – autrement dit : s’il ne connaît pas encore le malheur, – ce n’est pas pour ses mérites, c’est parce que Dieu patiente !Notre histoire se déroule tout entière dans la patience de Dieu. Qu’est-ce qu’il attend de nous ? Sans doute moins une conduite impeccable, au sens où nous l’entendons, qu’une fécondité. Le vrai souci de notre vie, ça ne doit pas être de scruter en tout ce qui nous arrive les signes de l’approbation ou non de Dieu. Notre vocation, c’est de donner du fruit en abondance.

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

 

boutiqueesoterique |
Entre Dieu et moi paroles d... |
Eglise de Maison |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Vous connaîtrez la vérité e...
| CHORALE "VOIX DES ANGES" D'...
| Le son de la trompette