• Accueil
  • > Archives pour le Mercredi 24 avril 2019

Evangile pour le 2° dimanche de Pâques – 28 avril 2019

Posté par rtireau le 24 avril 2019

Thomas

Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean 20,19-31.

C’était après la mort de Jésus. Le soir venu, en ce premier jour de la semaine, alors que les portes du lieu où se trouvaient les disciples étaient verrouillées par crainte des Juifs, Jésus vint, et il était là au milieu d’eux. Il leur dit : « La paix soit avec vous ! »
Après cette parole, il leur montra ses mains et son côté. Les disciples furent remplis de joie en voyant le Seigneur.
Jésus leur dit de nouveau : « La paix soit avec vous ! De même que le Père m’a envoyé, moi aussi, je vous envoie. »
Ayant ainsi parlé, il souffla sur eux et il leur dit : « Recevez l’Esprit Saint.
À qui vous remettrez ses péchés, ils seront remis ; à qui vous maintiendrez ses péchés, ils seront maintenus. »
Or, l’un des Douze, Thomas, appelé Didyme (c’est-à-dire Jumeau), n’était pas avec eux quand Jésus était venu.
Les autres disciples lui disaient : « Nous avons vu le Seigneur ! » Mais il leur déclara : « Si je ne vois pas dans ses mains la marque des clous, si je ne mets pas mon doigt dans la marque des clous, si je ne mets pas la main dans son côté, non, je ne croirai pas ! »
Huit jours plus tard, les disciples se trouvaient de nouveau dans la maison, et Thomas était avec eux. Jésus vient, alors que les portes étaient verrouillées, et il était là au milieu d’eux. Il dit : « La paix soit avec vous ! »
Puis il dit à Thomas : « Avance ton doigt ici, et vois mes mains ; avance ta main, et mets-la dans mon côté : cesse d’être incrédule, sois croyant. »
Alors Thomas lui dit : « Mon Seigneur et mon Dieu ! »
Jésus lui dit : « Parce que tu m’as vu, tu crois. Heureux ceux qui croient sans avoir vu. »
Il y a encore beaucoup d’autres signes que Jésus a faits en présence des disciples et qui ne sont pas écrits dans ce livre.
Mais ceux-là ont été écrits pour que vous croyiez que Jésus est le Christ, le Fils de Dieu, et pour qu’en croyant, vous ayez la vie en son nom.

Publié dans Non classé | Commentaires fermés

Homélie

Posté par rtireau le 24 avril 2019

Deuxième dimanche de Pâques dans l’année C - 28 avril 2019

Actes 5, 12-16 ;  Psaume 117 ; Apocalypse 1, 9 … 19 ;  Jean 20, 19-31

Thomasveut voir pour croire ! Tentation… légitime ? Pourtant on sait qu’en amitié comme en amour, quand il faut despreuvesd’amour ou d’honnêteté, c’est que la relation est déjà malade. Et on se souvient : quand ses adversaires ont demandé à Jésus des miracles pour prouverl’origine divine de sa mission, il a arrêté d’en faire. Lui, il voulait donner des signes

Et surtout, y avez-vous pensé ? Quand on croit, quand on est chrétien, on peut grâce à notre foi apercevoir tout plein de choses qui ne sont pas visibles au premier abord. Du coup les mots de Thomas s’inversent : non pas il faut voir pour croire, mais : il faut croire pour voir. 

J’aime beaucoup cette poésie de Gabriel Ringlet au sujet de la résurrection :

Oui, nos mains vont disparaître… Mais nos poignées de main, nos signes de bonjour, nos gestes d’adieu, l’invisible chemin de nos caresses … nous n’allons pas les brûler.

Oui, nos pieds vont disparaître… Mais la foulée de nos promenades, l’élan de nos courses, le saut de nos jeux, le pas de nos danses et de nos rendez-vous, nous n’allons pas les noyer.

Oui, nos visages vont disparaître, et nos oreilles, et nos lèvres, et nos yeux… Mais nos sourires, nos écoutes, nos regards, nos baisers, nous n’allons pas les enterrer.

Oui, nos mains, nos pieds, nos visages, nos oreilles, nos lèvres et nos yeux vont disparaître. Le patriarche Athénagoras dans ses conversations avec Olivier Clément exprimait la résurrection en disant : “La résurrection n’est pas la réanimation d’un corps, c’est le commencement de la transfiguration de la terre.” C’est sans doute pour ça que Jésus ressuscité n’est pas décrit. Car Jésus apparaît, non pour être contemplé, mais pour avoir des successeurs : “De même que le Père m’a envoyé, moi aussi, je vous envoie…” – “J’ai vaincu la mort – je vous donne le même pouvoir de vaincre la mort.” « Devenir Chrétien, écrit Marion Muller Colard, ce n’est pas avant tout appliquer une orthodoxie ou ânnoner des dogmes, c’est être incorporé à l’incarnation de Jésus. »

Adrien Candiard a écrit comme un petit traité de l’espérance. On y trouve des phrases étonnantes : « Espérer, c’est croire que Dieu nous rend capables de poser des gestes éternels. Espérer, c’est transformer les évènements en occasion d’aimer. » Et il cite un jeune de 14 ans qui est allé à Lourdes au service des malades : « j’ai toujours agi pour ma gueule, pour moi, et en venant ici, en rencontrant les malades, j’ai découvert que c’est le service des autres qui rend heureux. »

Alors, tous les Thomas de la terre, ne cherchez pas des preuves, mais laissez-vous éprouver.Rien ne prouve en effet. Mais pourquoi toujours prouver quand il s’agit surtout d’être éprouvé, c’est à dire de marcher, loin de nos sécurités habituelles ? René Char dit avec bonheur : “Il faut laisser des traces de son passage. Non des preuves. Seules les traces font rêver.”

Poème : Menacé de résurrection(Charles Antoine, un guatémaltèque) 

Extrait de L’Amérique latine en prières : On dit que je suis menacé de mort. Peut-être. Quoi qu’il arrive, je suis dans la paix. S’ils me tuent, ils ne me prendront pas la vie. Je l’emporterai avec moi, sur le dos, telle la besace d’un berger. Il en faut plus pour m’émouvoir ; car depuis mon enfance, quelqu’un m’a soufflé à l’oreille une vérité solide comme le roc, qui est aussi une invitation à l’éternité : “Ne craignez pas ceux qui peuvent tuer le corps mais ne peuvent pas tuer la Vie.” La vie, la vraie vie, s’est fortifiée en moi quand j’ai appris à lire l’Evangile : le mouvement de résurrection commence avec la première ride qui se dessine sur le visage, … avec le premier cheveu blanc, surpris un jour dans la griffe du peigne…

Ainsi commence la résurrection, non pas ce quelque chose d’incertain que d’aucuns appellent l’autre vie, mais la vie autre. On dit que je suis menacé de mort. De mort corporelle, qui n’est pas menacé de mort depuis sa naissance ? Menacé de mort, et alors ? Il y a là une erreur profonde. Ni moi, ni personne, ne sommes menacés de mort. Nous sommes menacés de vie, menacés d’espérance, menacés d’Amour. Nous nous trompons, chrétiens, nous ne sommes pas menacés de mort ; nous sommes menacés de résurrection. Christ est le chemin, la vérité, la vie surtout, même s’il est crucifié au sommet de la décharge du monde.

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

 

boutiqueesoterique |
Entre Dieu et moi paroles d... |
Eglise de Maison |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Vous connaîtrez la vérité e...
| CHORALE "VOIX DES ANGES" D'...
| Le son de la trompette