Homélie

Posté par rtireau le 10 septembre 2019

24° dimanche dans l’année C - 15 septembre 2019

Exode 32, 7-11.13-14 ; Psaume 50 ; 1 Timothée 1, 12-17 ; Luc 15, 1-32

Les pharisiens reprochaient à Jésus ses fréquentations douteuses« Cet homme fait bon accueil aux pécheurs et il mange avec eux ». Autrement dit : il pactise avec eux, il est leur complice. Il leur répond par des paraboles : Brebis perdues, pièces perdues, fils perdus, pensaient les pharisiens. Brebis retrouvées, pièces retrouvées, fils retrouvés, nous dit Jésus. Non qu’ils soient revenus d’eux-mêmes, mais parce qu’on est allé les chercher, parce qu’on a balayé la maison, parce qu’ils se sont laissés porter sur les épaules et serrer dans les bras. Malheureux ces pharisiens, enlisés dans leur fausse justice, et qui se privent du meilleur de la joie de croire : se savoir pardonné !La Bonne Nouvelle de Jésus est celle du pardon offert. Ni au paralytique, ni à l’aveugle-né, ni à Zachée, ni à la femme adultère, Jésus ne dit qu’ils sont pécheurs, mais à chacun d’eux Jésus révèle qu’il est pardonné.

Malheureux aussi les chrétiens qui cherchent à sauver la face de leur bonne conscience. En refusant d’avouer devant le Seigneur qu’ils sont coupables de trahison de l’Amour, ils se privent de la joie se savoir pardonnés. Saint Paul qui avait persécuté les chrétiens savait ce que c’était que d’être pardonné. Il nous en disait la joie dans la seconde lecture tout à l’heure. Si j’ai eu l’occasion de prendre conscience de l’amour dont je suis aimé, alors il me sera donné de pouvoir me réjouir « pour un seul pécheur qui demande pardon ».

Si un petit enfanta commis une désobéissance. Il sait qu’il a mal agi. Il est mal à l’aise. Survient sa maman qui le prend dans ses bras. C’est à ce moment-là, quand il se sent aimé, que tout d’un coup lui est révélé le mal qu’il a fait. Il avoue sa désobéissance à sa maman. Il est triste, mais pas comme tout à l’heure lorsqu’il était tout seul avec sa désobéissance. Il est triste, et en même temps heureux, car il se sait aimé, y compris dans sa désobéissance. Reconnaître son péché, c’est le voir en étant dans les bras de Dieu, comme le petit enfant dans les bras de sa mère. 

Le péché n’est pas du côté des interdits, mais du côté de l’amour. Le péché, c’est ce qui fait souffrir Dieu qui nous aime. Le berger souffre de brebis perdue. La femme souffre de sa pièce de monnaie perdue. Le père souffre de son enfant perdu. La conversion n’est pas l’effort pour devenir quelqu’un de bien. La conversion, c’est donner de la joie à Dieu.“Il y aura de la joie dans le ciel pour un seul pécheur qui se convertit plus que pour quatre-vingt-dix-neuf justes qui n’ont pas besoin de conversion.”

J’en entend qui se disent : “Il est bien arrangeant cet évangile de Luc qui invite à ne pas s’en faire!”Ceux-là ont-ils remarqué que Jésus parle de conversionet pas de diplômes ? Être juste ne donne aucun droit, sinon le droit de se convertir.Juste ou non, on n’aura jamais fini de se convertir à l’Amour qui restera toujours la gratuité de Dieu.

Cent brebis, dix pièces, deux fils…. Perdu et retrouvé.C’est bien l’amour de Dieu, berger,maîtresse de maison, père de famille, que Jésus dit à ceux qui l’entourent et que Saint Luc raconte aux premières communautés chrétiennes :

- Aux juifsil faut dire que personne n’est exclu du Royaume. Si une brebis se perd il faut laisser les autres, les pharisiens, pour la retrouver. 

- Aux nouveaux convertisil faut dire que s’il manque une pièce, il est urgent de la retrouver car chacune est précieuse et les neuf autres ne consolent pas de celle qui est perdue. 

- A tous,il est bon de rappeler que si un fils a voulu partir pour vivre sa vie, il n’est pas possible de l’oublier auprès de celui qui reste. 

Tous et chacun ont toujours le même prix aux yeux de Dieu. Si nous jugeons l’un ou l’autre perdu, c’est que notre amour n’est pas assez passionné et patient pour le retrouver.Il s’agit bien d’un véritable retournement, d’une conversion radicale à faire : Les pécheurs ne sont plus ceux qui se perdent,mais ceux qui les laissent se perdre et ne veulent pas se réjouir de ce qu’ils soient retrouvés.  L’amour de Dieu qui sait retrouver ceux qui sont perdus doit maintenant retourner le cœur de ceux qui ne se croient pas perdus.C’est Dom Helder Camara qui disait au sujet des deux fils (le prodigue et l’aîné) : “L’un s’est réveillé de son péché, quand donc l’autre se réveillera-t-il de sa vertu ?”

Laisser un commentaire

 

boutiqueesoterique |
Entre Dieu et moi paroles d... |
Eglise de Maison |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Vous connaîtrez la vérité e...
| CHORALE "VOIX DES ANGES" D'...
| Le son de la trompette