Homélie

Posté par rtireau le 26 avril 2020

Quatrième dimanche de Pâques – A - 3 mai 2020

Actes 2, 14a.36-41 ; Psaume 22 ; 1 Pierre 2, 20b-25 ; Jean 10, 1-10

L’avez-vous remarquée en entrant ? Quand on arrive dans une église, on admire l’architecture, on regarde le chœur, l’autel, l’orgue. Mais elle, est-ce que vous y avez-vous fait attention ? C’est pourtant elle qui est chargée aujourd’hui de nous parler de Jésus : 

“Moi, je suis la porte !” dit Jésus. D’ordinaire, on laisse à la porte les objets encombrants. Y’en a même qui mettent à la porte les indésirables. On dit aussi aux personnes d’avancer et de ne pas rester près de la porte. Et les distraits se retournent quand on entend bouger la porte. Pourtant, “Moi, je suis la porte !” dit Jésus.

Souvent les portes des églises anciennes sont décorées et quelquefois très belles, vues de l’extérieur. Mais voilà, Jésus n’est pas la porte d’entrée. Non ! Il appelle les brebis chacune par son nom et il les fait sortir. Jésus est une porte de sortie. C’est dehors qu’il nous entraîne. Son projet n’est pas de nous garder dans la sécurité de la bergerie, mais de nous conduire au plein air. Venez avec moi sur la route des hommes. “Moi, je suis la porte !” dit Jésus.

Il y a des portes qui protègent, qui séparent, qui isolent ou qui enferment. Jésus, lui, est un passage. Quand les professionnels du bâtiment désignent portes et fenêtres, savez-vous qu’ils parlent des ouvertures ? Eh bien Jésus est une ouverture sur la rencontre. Il est celui qui marche devant et qui nous conduit ailleurs. A travers la route des hommes, il nous mène au Père. Écouter Jésus, ce n’est pas s’asseoir, c’est prendre le chemin. Portes ouvertes, murs brisés, pierre roulée, tombeau vide, brèche d’espérance. “Moi, je suis la porte !” dit Jésus.

Sur la porte de cette église, comme sur la porte de notre maison, non pas à l’extérieur, mais à l’intérieur, non pas pour les autres mais pour nous, regardons bien, c’est écrit en lettres d’or : “Moi, je suis la porte !” dit Jésus. Faire Église ce n’est pas écouter aux portes, ce n’est pas condamner une porte, ni se cacher derrière la porte, ni mettre à la porte, mais reconnaître une voix qui nous dit : “Moi je suis venu pour que les brebis aient la vie, la vie en abondance.”

Un jour, un artiste avait réalisé une magnifique affiche. On pouvait voir Jésus frapper à une porte. Quelqu’un remarqua qu’il n’y avait ni poignée ni clenche ! En fait, l’artiste n’avait rien oublié. Mais il y a des portes qui ne s’ouvrent que de l’intérieur. Vous avez bien compris : si je n’ai pas de vie intérieure, si je n’ouvre pas ma porte au Christ, la rencontre ne sera pas possible.

Karine est aumônier fédération protestante en centre de détention. Le lundi de Pâques, le 13 avril dernier, elle a écrit sa méditation sur l’actualité :

Etrange montée vers Pâques que nous venons de vivre. Retraite généralisée à l’abri du monde. Des prières, comme des bulles d’oxygène qui viennent éclater à la surface de nos barrières de distanciations sociales… Temps de l’interrogation,… temps de l’épreuve, mais aussi temps de solidarité, d’humble accompagnement au jour le jour, simples gestes d’offrande. Emerveillement devant la capacité à faire front là où on se croyait à bout de forces.

Etrange Vendredi Saint. Temps de confinement vécu parfois comme une mise au tombeau… Comme les femmes au matin de Pâques on pose alors la question : « Qui viendra rouler la lourde pierre qui nous sépare de la vie ? Qui nous ouvrira les portes de l’espérance ? » Pourtant j’entends déjà le murmure ténu de la Parole. De ce temps de jachère fleuriront de nouvelles joies et découvertes. La lumière de Pâques s’est levée.

Etrange jour de Pâques où cette année c’est en restant délibérément à distance les uns des autres que nous avons célébré la Vie. Pourtant le Christ nous invite lui-même à ne pas le « confiner ». Au matin de Pâques il adresse à chacun de nous cette parole : « Va vers mes frères » (Jean 20, 17)… Sur ce chemin il nous rejoint pour ouvrir les portes d’une société nouvelle et nous engage à construire avec lui ce monde nouveau… C’est définitif : Dieu choisit la vie ! Toi, va vers l’espérance qui vient !

Laisser un commentaire

 

boutiqueesoterique |
Entre Dieu et moi paroles d... |
Eglise de Maison |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Vous connaîtrez la vérité e...
| CHORALE "VOIX DES ANGES" D'...
| Le son de la trompette