• Accueil
  • > Archives pour le Dimanche 14 février 2021

Evangile du 1er dimanche de carême – 21 février 2021

Posté par rtireau le 14 février 2021

careme1

Evangile de Jésus-Christ selon saint Marc 1, 12-15. 

Jésus venait d’être baptisé. Aussitôt l’Esprit pousse Jésus au désert
et, dans le désert, il resta quarante jours, tenté par Satan. Il vivait parmi les bêtes sauvages, et les anges le servaient.
Après l’arrestation de Jean, Jésus partit pour la Galilée proclamer l’Évangile de Dieu ;
il disait : « Les temps sont accomplis : le règne de Dieu est tout proche. Convertissez-vous et croyez à l’Évangile. »

Publié dans Non classé | Commentaires fermés

Homélie

Posté par rtireau le 14 février 2021

1er dimanche de carême B - 21 février 2021

Genèse 9, 8-15 ; Psaume 24 ; 1 Pierre 3, 18-22 ; Marc 1. 12-15

En une seule ligne, Saint Marc présente un renversement saisissant pour Jésus : On le voit tenté dans le désert et, juste après, on le voit radieux dans un univers magnifique. Exactement le contraire d’Adam et Eve, heureux au jardin d’Eden et qui se retrouvent tout d’un coup dans une nature agressive. Toute la Bible est là, et toute l’histoire de l’humanité aussi, dans ces quelques mots porteurs d’une grande espérance : Jésus dans le désert, tenté par Satan ; puis, devançant le matin de Pâques, Jésus vivant en paix avec les animaux sauvages. Jésus, le Dieu qui se fait homme, retourne la situation. C’est un retournement.

On est loin des conceptions infantiles des tentations. Ici la tentation est sérieuse ! Elle porte sur la confiance en Dieu. Impossible d’échapper à la question. Un militaire disait en traversant le Neguev : “Ici ce ne serait pas facile de se camoufler.” Impossible de se camoufler au désert ! La Parole de Dieu nous rejoint dans le silence, sans être brouillée de parasites. Non le paradis n’est pas perdu – comme on le dit quelquefois : “Ah ! De mon temps !” - Non ! Il est devant, à chercher avec Jésus dans la confiance et à recevoir de l’Esprit. C’est un retournement.

Pour nous aider, le carême propose 3 pratiques : Le jeûne, la prière, l’aumône (partager).

- Le jeûne. Il est fait pour aider à revenir à l’essentiel, pour aider à purifier nos désirs. Dans un livre de Clive Lewis, L’autobus du Paradis, il est question de l’enfer où tous les désirs sont apparemment satisfaits. L’un veut une voiture, l’autre une maison, ils reçoivent aussitôt une voiture et une maison… mais comme leur désir n’était pas de bonne qualité, la voiture est rouillée et il pleut dans la maison. Jeûner c’est quitter tout ce qui nous écarte de nos vrais désirs et de Dieu. Jeûner c’est donc retrouver l’essentiel, c’est se retrouver. C’est un retournement.

- La prière : prier consiste à donner à Dieu toute sa place, à reconnaître notre humanité et donc nos limites. La société est pressée. Nous, prenons le temps ! C’est un retournement.

La prière est un temps gratuit. Elle est, disait le père Lintanf, un entretien aux 3 sens du terme :

- un entretien avec Dieu… on parle avec lui.

- l’entretien de ma vie comme j’entretiens ma voiture pour que l’évangile reste en état de marche.

- le 3° sens, c’est qu’en priant ensemble, on s’entre-tient les uns les autres, on se soutient.

- L’aumône : partager, c’est reconnaître que nous ne sommes pas seuls au monde, c’est reconnaître que nous avons besoin les uns des autres. Alors donnons de ce que nous avons, pas forcément de l’argent. Donnons du courage, de la joie, donnons à manger, donnons la parole à ceux que l’on fait taire. « Dis-moi comment tu aimes, écrit Maurice Bellet, je te dirai qui est ton Dieu. » Savez-vous que le meilleur placement, c’est le partage. Mais chut, pas trop fort. Les banques ne le savent pas encore. C’est un retournement, une conversion. Je vous rappelle que le mot conversion, pour le skieur, veut dire : demi-tour.

À Noé et ses successeurs, (1ère lecture) Dieu dit : “Je mets mon arc au milieu des nuages.” Le monde croit souvent que la violence est le moyen de régler les problèmes, le monde joue avec la stabilité de la nature. Alors il est urgent de se rappeler ce Dieu qui a conclu une alliance de paix avec ses créatures ? Cet arc que Dieu accroche dans le ciel, savez-vous que ce n’est pas seulement un joli arc-en-ciel aux mille couleurs, c’est aussi l’arc d’un combattant, un arc qui a été raccroché (il ne va plus servir). Dans le contexte du déluge, Dieu “suspend sa colère. On le croyait Dieu violent, on avait tout faux. Son arc devient signe de paix, comme la colombe et son rameau d’olivier. Oui, Dieu refuse la violence pour régler notre histoire. Et ils sont dans l’erreur ceux qui s’appuient sur lui pour partir dans n’importe quelle croisade.

Et cet arc signifie aussi alliance. C’est l’arc d’un Dieu prêt à s’engager, avec les humains, prêt à leur donner sa joie dès qu’ils s’entraident pour protéger la terre et défendre les petits et les malheureux.

C’est le grand moment de vérifier quelle confiance nous avons en notre Dieu ?

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

 

boutiqueesoterique |
Entre Dieu et moi paroles d... |
Eglise de Maison |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Vous connaîtrez la vérité e...
| CHORALE "VOIX DES ANGES" D'...
| Le son de la trompette