Recueil 29

vert

L’ermite et le Samouraï

Un samouraï, très connu pour ses actions guerrières et l’impressionnant nombre de duels gagnés dans une vie de combat, était tourmenté par ce qui se passerait après sa mort. Il rendit donc visite à un vieil ermite réputé pour sa sagesse.

Après l’avoir salué de façon martiale, le samouraï lui demanda :

- Le paradis et l’enfer existent-ils ?

Le vieil ermite le regarda d’un air très méprisant et l’invectiva :

- Tu oses me demander ça, toi un samouraï dont l’armure est salie par le sang des combats, avec ton air hirsute et tes yeux exorbités, tu pues la mort et la colère, tu es un bandit, un vagabond assoiffé de violence, un moins-que-rien…

Furieux le samouraï se mit à dégainer son sabre pour trancher la tête de l’impudent qui osait l’insulter.
Alors le vieil ermite dit :

- Voilà que s’ouvrent les portes de l’enfer.

Surpris, le samouraï rengaina son sabre.

L’ermite dit simplement :

- Et voici que s’ouvrent les portes du paradis.
Le samouraï, touché au cœur, comprit et s’inclina respectueusement devant le sage.

En l’époque actuelle où, comme du temps du samouraï, la violence peut surgir vite, il est bon de méditer sur la façon dont nous créons le paradis et l’enfer…

 

Le conseil d’un mendiant

Un mendiant frappa à la porte d’une maison et demanda la charité. Les gens ne lui donnèrent rien et lui dirent : « Que Dieu t’aide ! »

Le mendiant demanda alors un morceau de pain, et il reçut la même réponse. Il demanda ensuite un peu de farine ou quelques grains de blé ou d’orge. Ils répondirent qu’ils n’avaient rien. Il demanda de l’eau. Ils n’en avaient pas une goutte. 

Pris de colère, le mendiant dit aux gens de la maison : « Que faite-vous donc assis ici ? Levez-vous et allez mendier car vous avez plus besoin de charité que moi. »

 

Il l’échappa belle 

Un jour, Joha perdit son âne. Il le chercha partout sans le trouver. On s’étonna de voir qu’il n’était pas attristé par sa perte. On l’entendit même remercier Dieu du fond de son cœur. Quand on l’interrogea sur son attitude surprenante, Joha répondit : « Grâce à Dieu, je n’étais pas sur l’âne quand il s’est égaré. Sinon, j’aurais été perdu aussi ! »

 

Bon mots et facéties des Pères du désert

Un sage de ce monde alla visiter un ancien. Constatant que celui-ci ne possédait qu’une bible, il lui offrit un commentaire que lui-même avait écrit. Un an après il renouvela sa visite et demanda : 

- Abba, mon livre t’a-t-il servi à mieux comprendre la bible ?

- C’est le contraire qui est arrivé, lui répondit l’ancien. J’ai dû me servir de la bible pour comprendre ton livre.

 

Bon mots et facéties des Pères du désert

Dans un monastère situé sur les bords de la mer Rouge, l’higoumène dit un jour :

- En ce monastère, il y a trop de perroquets.

Les frères s’étonnèrent grandement car ils ne savaient pas l’existence de ces oiseaux. Ils demandèrent alors quelques éclaircissements à l’higoumène.

- Ils sont trop nombreux, dit-il, ceux qui disent ce qu’ils pensent, dès qu’ils savent ce que disent les autres.

 

Bon mots et facéties des Pères du désert

Un ancien fit remarquer : « Ainsi va la vie ; lorsque nous sommes devenus assez grands pour attraper le pot de miel, nous n’en avons plus envie. » 

 

Bon mots et facéties des Pères du désert

Un jeune moine vint prendre conseil auprès d’abba Moyse :

- Abba, lui dit-il, je comprends comment on peut pécher avec les mains, les yeux, la bouche, les oreilles. Mais comment peut-on pécher avec le nez ?

- En le mettant dans les affaires des autres, répondit l’ancien.

 

Bon mots et facéties des Pères du désert

Un jeune homme désireux d’entrer au monastère d’Ennaton fut interrogé par un ancien qui voulait savoir jusqu’à quel point il était décider à abandonner le monde.

- Si tu avais trois pièces d’or, les donnerais-tu aux pauvres ?

- De tout cœur, abba.

- Et si tu avais trois pièces d’argent ?

- Bien volontiers !

- Et si tu avais trois pièces de cuivre ?

- Non, Abba.

- Et pourquoi ? demanda l’ancien stupéfait.

- Parce que j’ai, en effet, trois pièces de cuivre.

 

Bon mots et facéties des Pères du désert

Un ancien, qui depuis des années combattait, laissa échapper cette prière : « Mon Dieu, si tu es partout, comment se fait-il que je sois si souvent ailleurs ? »

 

Bon mots et facéties des Pères du désert

Un higoumène fit un jour une homélie sur la création. L’homélie, plutôt longue, finit sur ces paroles : 

- Chaque brin d’herbe est une homélie pour ceux qui savent comprendre.

Quelques jours après, un père passa près de la cellule de l’higoumène et vit que l’ancien était en train de couper l’herbe qui avait poussé tout autour.

- Je vois avec plaisir, abba, que tu es en train de raccourcir tes homélies !

Laisser un commentaire

 

boutiqueesoterique |
Entre Dieu et moi paroles d... |
Eglise de Maison |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Vous connaîtrez la vérité e...
| CHORALE "VOIX DES ANGES" D'...
| Le son de la trompette