• Accueil
  • > La « simple parole » d’Enzo Bianchi

La « simple parole » d’Enzo Bianchi

Enzo-Bianchi

La « simple parole » d’Enzo Bianchi

« Le Christ est devenu vraiment celui qui me porte à Dieu et non Dieu qui m’apporte le Christ.

C’est seulement si on connaît l’humanité du Christ que l’on peut comprendre quelque chose de Dieu c‘est-à-dire peu de chose.

Quand on dit que Dieu parle, c’est une métaphore ; c’est que nous avons été capables d’écouter notre conscience dans laquelle on espère que Dieu a parlé. Et quand on dit que Dieu se tait, quand on parle du silence de Dieu dans les grandes épreuves, c’est aussi une métaphore. Ce n’est pas que Dieu se tait, mais c’est que nous n’écoutons pas.

La foi n’est pas une connaissance, c’est une conviction qui tient tout entière dans ce témoignage que Jésus a donné en tant qu’homme. Pour le reste, je serai toujours très discret, j’aurais peur de mettre en Dieu ce qui n’est que mon désir. Car nous avons un désir tellement puissant…

Dire que Dieu m’a parlé, c’est facile. Les hommes ont besoin de Dieu, mais qu’on laisse Dieu où il est.

Je crois que Jésus-Christ est seulement raconté par notre humanité, pas par nos idées, par nos paroles, ou nos écrits. C’est notre corps qui doit raconter Jésus, nos mains, ce que nous faisons, ce que nous vivons.

Dieu nous aime vraiment comme nous sommes, c’est ce que j’ai compris par cette crise de la quarantaine : Dieu ne nous pardonne pas les péchés, Il les oublie, Il veut surtout que nous soyons heureux dans notre vie. Il ne veut même pas que nous l’aimions.

Dire ‘’nous aimons’’ Dieu sans être capables de nous aimer les uns les autres, c’est vraiment une aliénation. C’est vide. C’est hypocrite. C’est la religion. La religion demande de faire beaucoup de choses pour Dieu, mais Dieu n’a jamais rêvé de nous demander les choses que la religion demande. On n’a pas à aimer Dieu ; simplement à se mettre dans l’amour de Dieu les uns envers les autres. »

A Bose, il n’est rien de glorieux ni de surnaturel, il n’est pas de Dieu dont on s’inquiète de savoir s’Il parle ou se tait. Pas de signe explicite de la puissance divine, pas de théophanie spectaculaire, avec miracle, guérison, tremblement de terre et apparitions d’anges. Ici, c’est l’absence des signes convenues du divin qui fait signe, la vie spirituelle est tout entière exercice de reconnaissance d’humanité, une voie d’humanité, une vie au plus proche de l’humain en méditant les Écritures, Une vie simple, ordonnée par la lectio divina, attentive à la souffrance des hommes.

Extraits de Une vie simple (Alexis Jenni, Nathalie Sarthou-Lajus pp. 198-200)

Laisser un commentaire

 

boutiqueesoterique |
Entre Dieu et moi paroles d... |
Eglise de Maison |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Vous connaîtrez la vérité e...
| CHORALE "VOIX DES ANGES" D'...
| Le son de la trompette