Evangile de la fête de l’Assomption – 15 août 2019

Posté par rtireau le 10 août 2019

magnificat
Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 1, 39-56

En ces jours-là,
Marie se mit en route et se rendit avec empressement
vers la région montagneuse, dans une ville de Judée.
    Elle entra dans la maison de Zacharie
et salua Élisabeth.
    Or, quand Élisabeth entendit la salutation de Marie,
l’enfant tressaillit en elle.
Alors, Élisabeth fut remplie d’Esprit Saint,
    et s’écria d’une voix forte :
« Tu es bénie entre toutes les femmes,
et le fruit de tes entrailles est béni.
    D’où m’est-il donné
que la mère de mon Seigneur vienne jusqu’à moi ?
    Car, lorsque tes paroles de salutation sont parvenues à mes oreilles,
l’enfant a tressailli d’allégresse en moi.
    Heureuse celle qui a cru à l’accomplissement des paroles
qui lui furent dites de la part du Seigneur. »

    Marie dit alors :
« Mon âme exalte le Seigneur,
    exulte mon esprit en Dieu, mon Sauveur !
    Il s’est penché sur son humble servante ;
désormais tous les âges me diront bienheureuse.
    Le Puissant fit pour moi des merveilles ;
Saint est son nom !
    Sa miséricorde s’étend d’âge en âge
sur ceux qui le craignent.
    Déployant la force de son bras,
il disperse les superbes.
    Il renverse les puissants de leurs trônes,
il élève les humbles.
    Il comble de biens les affamés,
renvoie les riches les mains vides.
    Il relève Israël son serviteur,
il se souvient de son amour,
    de la promesse faite à nos pères,
en faveur d’Abraham et sa descendance à jamais. »

    Marie resta avec Élisabeth environ trois mois,
puis elle s’en retourna chez elle.

Publié dans Non classé | Commentaires fermés

Homélie

Posté par rtireau le 10 août 2019

Fête de l’Assomption – 15 août 2019

Apocalypse 11, 19a ; 12, 1-6a.10ab ; Psaume 44 ; 1 Corinthiens 15, 20-27a ; Luc 1, 39-56

Marie vient de découvrir qu’elle est enceinte. Marie a tellement accueilli la Parole de Dieu dans sa vie que la Parole a pris chair en elle. Croire tellement, dire oui tellement fort à la naissance de Dieu en soi qu’un jour ou l’autre ça se concrétise.

Marie vient de découvrir qu’elle est enceinte, et son premier réflexe est de se mettre en route. Comme si Saint Luc tenait à nous dire que la naissance de Jésus ne représente pas un terme pour Marie mais un commencement. Elle part chez sa cousine Élisabeth. Et c’est la Visitation : deux femmes enceintes qui se rencontrent et partagent les joies de l’attente. La Visitation, – le titre pourrait être la complicité féminine -  deux femmes font l’expérience qu’au plus profond d’elles-mêmes il y a de l’autre. Un autre qui les a mises en mouvement, cet autre les a mues et en même temps émues. Leur existence s’est faite ouverture, accueil, joie, tressaillement. Du neuf va apparaître. La grossesse est une période exceptionnelle puisque les femmes peuvent parler d’un autre tout en parlant d’elles-mêmes, elles peuvent parler d’elles-mêmes tout en parlant d’un autre. 

Marie portait en elle l’espérance du monde. De qui portons-nous l’espérance ? Qui a pu nous dire : “Tu comptes beaucoup pour nous.” Visitation, rencontre de deux personnes déjà habitées, déjà visitées. Dans nos rencontres, dans nos visites – c’est le même mot que visitation, – savons-nous reconnaître en ceux que nous visitons l’Autre qu’ils portent en eux ? Croire que l’autre mérite attention et respect, qu’il porte en lui des possibilités infinies, croire que rien n’est impossible à Dieu. Une visite, une visitation, si banale soit-elle, réalise la visite de Dieu qui s’intéresse à notre terre.

Et la rencontre de ces deux femmes sera l’occasion du fameux Magnificat. Vous pensez peut-être : “Dans notre monde d’aujourd’hui pas très brillant, comment se laisser emporter dans cette jubilation du Magnificat ?” C’est vrai ! Mais, au fait, le monde dans lequel la jeune Marie chantait sa joie, dans quel état était-il ? Sa Galilée natale n’était pas en paix, les puissants opprimaient les petits, les riches prospéraient à côté des pauvres. A l’époque non plus il n’y avait pas vraiment de quoi chanter un magnificat. Mais voilà ! Marie sentait bouger en elle l’enfant de l’avenir. C’est lui qui proclamerait un jour : “Heureux les pauvres, les doux, les affamés.” C’est lui qui allait rudoyer les orgueilleux et les nantis. C’est lui qui allait révéler la richesse des pauvres et offrir aux foules démunies un pain de vie inconnu. Marie portait en elle cet avenir ardent.

Très actuel, ce Magnificat, ce chant de marche obstinée des humbles. C’est bien un chant de louange à Dieu, mais c’est aussi un langage dur qui appelle par leur nom les malheurs du monde. Et c’est un chant de protestation porteur d’espoir parce que nous croyons que Dieu ne nous enlèvera jamais la force de continuer d’aimer. « Comment est-ce Dieu possible ! » Un cri que Marie a dû prononcer souvent. Mais elle était heureuse que Dieu se soit penché sur l’humilité de l’illettrée qu’elle était sans doute, comme pour lui dire : “Tu es celle que j’ai créée !” Lorsque vous réalisez que Dieu vous a choisi, ça vous donne déjà la force de continuer d’aimer !

À travers les siècles, on a souvent vénéré Marie, au risque d’oublier son message. On aimait bien les cantiques à Marie au risque d’oublier le cantique de Marie et son message tellement dérangeant. C’est maintenant du passé. On a mieux compris que, si Marie prononce son Magnificat, ce n’est pas pour qu’on le traduise en louange à son égard. Non elle nous invite à célébrer avec elle les merveilles de Dieu accomplies en faveur de ceux qui espèrent le salut du monde et qui luttent pour ça. Elle dit sa joie à cause de Dieu qui choisit les petits et disperse les orgueilleux, qui renvoie les puissants et élève les humbles, qui comble les affamés et renvoie les riches les mains vides. Elle dit que, lorsque Dieu vient, ce n’est pas à côté de l’existence des hommes. Quand il s’approche, toutes les cloisons des sociétés s’écroulent. Une vie autre commence.

Dans le regard et le cœur de Marie, quand elle accomplissait ses tâches quotidiennes, quand elle vibrait d’indignation devant les orgueilleux et les puissants, quand elle appelait la dignité pour les humbles et le pain pour les pauvres, Dieu était déjà en train de naître.

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

Evangile du 19° dimanche dans l’année C – 11 août 2019

Posté par rtireau le 5 août 2019

Unknown
Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 12, 32-48

En ce temps-là,
Jésus disait à ses disciples :
    « Sois sans crainte, petit troupeau :
votre Père a trouvé bon de vous donner le Royaume.
    Vendez ce que vous possédez
et donnez-le en aumône.
Faites-vous des bourses qui ne s’usent pas,
un trésor inépuisable dans les cieux,
là où le voleur n’approche pas,
où la mite ne détruit pas.
    Car là où est votre trésor,
là aussi sera votre cœur.
    Restez en tenue de service,
votre ceinture autour des reins,
et vos lampes allumées.
    Soyez comme des gens qui attendent leur maître à son retour des noces,
pour lui ouvrir dès qu’il arrivera et frappera à la porte.
    Heureux ces serviteurs-là que le maître, à son arrivée,
trouvera en train de veiller.
Amen, je vous le dis :
c’est lui qui, la ceinture autour des reins,
les fera prendre place à table
et passera pour les servir.
    S’il revient vers minuit ou vers trois heures du matin
et qu’il les trouve ainsi,
heureux sont-ils !
    Vous le savez bien :
si le maître de maison
avait su à quelle heure le voleur viendrait,
il n’aurait pas laissé percer le mur de sa maison.
    Vous aussi, tenez-vous prêts :
c’est à l’heure où vous n’y penserez pas
que le Fils de l’homme viendra. »
    Pierre dit alors :
« Seigneur, est-ce pour nous que tu dis cette parabole,
ou bien pour tous ? »
    Le Seigneur répondit :
« Que dire de l’intendant fidèle et sensé
à qui le maître confiera la charge de son personnel
pour distribuer, en temps voulu, la ration de nourriture ?
    Heureux ce serviteur
que son maître, en arrivant, trouvera en train d’agir ainsi !
    Vraiment, je vous le déclare :
il l’établira sur tous ses biens.
    Mais si le serviteur se dit en lui-même :
‘Mon maître tarde à venir’,
et s’il se met à frapper les serviteurs et les servantes,
à manger, à boire et à s’enivrer,
    alors quand le maître viendra,
le jour où son serviteur ne s’y attend pas
et à l’heure qu’il ne connaît pas,
il l’écartera
et lui fera partager le sort des infidèles.
    Le serviteur qui, connaissant la volonté de son maître,
n’a rien préparé et n’a pas accompli cette volonté,
recevra un grand nombre de coups.
    Mais celui qui ne la connaissait pas,
et qui a mérité des coups pour sa conduite,
celui-là n’en recevra qu’un petit nombre.
À qui l’on a beaucoup donné,
on demandera beaucoup ;
à qui l’on a beaucoup confié,
on réclamera davantage. »

Publié dans Non classé | Commentaires fermés

Homélie

Posté par rtireau le 5 août 2019

19° dimanche dans l’année C – 11 août 2019

Sagesse 18, 6-9 ; Psaume 32 ; Hébreux 11, 1-2. 8-19 ; Luc 12, 32-48

Grâce à la foi, Abraham, Sarah et tout un peuple ont vécu des choses inouïes. L’extrait de la lettre aux Hébreux est comme une relecture chrétienne de la foi d’Abraham, de Sarah et de tout un peuple. Grâce à la foi, Abraham obéit à l’appel de Dieu et partit. Et il fallait bien avancer chaque jour, dans le désert, pour que les troupeaux trouvent à manger. Grâce à la foi, Sarah eut une descendance. Grâce à la foi, tout le peuple, sans avoir connu la réalisation des promesses de Dieu, l’avait salué de loin dit le texte très joliment. Grâce à la foi, cet homme de 36 ans gravement malade parle de guérison d’une manière très surprenante : “Ma maladie m’a complètement changé. Aujourd’hui j’ai rencontré le Christ. Je me considère comme guéri, car Dieu a guéri ce qui en moi en avait le plus besoin. Il m’a éveillé à un nouveau regard sur moi, sur ma vie, sur les autres. Il m’a donné l’espérance totalement insensée de pouvoir un jour traverser la mort sans mourir à son amour. Dans ma vie d’avant, j’étais, à bien des égards, plus mort que je ne le serai jamais. La perle de l’évangile, je l’ai trouvée. C’est la présence de Dieu dans ma vie et son regard d’amour.”

Grâce à la foi. La foi qui permet même l’impossible : Pensez au langage des sportifs : “On y croit ! Untel, il y croit, il se démène !” Ou bien l’inverse : “S’ils y croyaient seulement un peu !” Pensez au langage courant au sujet d’un conférencier par exemple : “On sent qu’il y croit.”

Chacun de nous peut élargir ce langage au domaine familial, professionnel, associatif. Il y a comme une dynamique de la foi, de l’espérance et de la promesse : on n’est jamais euphoriques de ce qu’on a parce qu’on ne le tient jamais définitivement ; on n’est jamais désespérés de ce qui nous manque parce qu’on est déjà heureux de ce qu’on n’a pas encore et qu’on attend. Voilà ce qu’est un homme de foi, un veilleur en tenue de service, en attente, tourné vers demain. Le contraire de celui qui est occupé à ressasser le passé même le plus réussi. 

L’homme de foi est un veilleur. Non pas un couche-tard. C’est vrai, on a tous vécu de ces soirées qui n’en finissent pas. C’est chouette, on est bien, tellement qu’il est impossible d’arrêter. On en rajoute : encore une danse, encore un verre. Ça finit par épuisement, quelquefois même en catastrophe. Ce sont des soirées qui réunissent des couche-tard, mais pas des veilleurs. Le veilleur, lui, est tourné vers demain. Il faut bien à un moment qu’il y ait la volonté, la foi de se tourner vers demain, vers la vie qui doit continuer. Comme si veiller engageait Dieu lui-même.

Je pense aux célébrations d’obsèques : il faut bien que ce soit des moments tournés vers demain, vers la vie qui doit continuer. Sinon ce serait simplement insupportable. Ensemble, on se redonne vie. Comme si veiller engageait Dieu lui-même. Veiller est proche de la foi.  Il faut croire pour veiller. “Qui de nous, a pu écrire un poète, qu’il soit mère ou qu’il soit père, épouse ou époux, amante ou amant, n’a regardé dormir celle ou celui qu’il aime, veillé sur son sommeil au comble du respect et dans l’émerveillement. Veiller, c’est tout attendre de la vie et s’en remettre à elle. Veiller, c’est refuser que la vie ne s’éteigne.” J’aime bien que pour les jeunes enfants on parle depuis longtemps déjà d’Eveil à la foi plutôt que de catéchisme.

“Soyez des veilleurs !” pourquoi pas des bien-veillants ? Des prenant soin ! “Restez en tenue de service !” Pas simplement des prestataires de services qui rendent service et s’en vont laissant l’autre servi, mais souvent seul… 

 “Soyez comme des gens qui attendent.”  Dans la revue Signes, il y avait un jour cette petite réflexion : “Mais justement, qui peut avoir encore le temps d’attendre ? Est-ce que le temps ce n’est pas de l’argent ? Il est temps de ne plus confondre l’attente et l’impatience. L’attente du Royaume de Dieu n’est pas celle d’un départ de T.G.V. L’attente du Royaume de Dieu est un cœur en désir et non la peur d’être en retard. Celui qui attend, c’est celui qui trouve encore au fond de lui un petit peu d’espérance allumée.” J’ai retrouvé là la distinction que faisait Simone Weil évoquant deux femmes au travail : l’une prisonnière et remplissant par contrainte un morne labeur de couture ; l’autre tricotant une layette pour l’enfant qu’elle porte. Les gestes sont comparables et pourtant, il s’agit pour l’une d’une peine et pour l’autre d’un bonheur.

 

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

Evangile du 18° dimanche dans l’année C – 4 août 2019

Posté par rtireau le 28 juillet 2019

18

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 12,13-21. 

En ce temps-là, du milieu de la foule, quelqu’un demanda à Jésus : « Maître, dis à mon frère de partager avec moi notre héritage. »
Jésus lui répondit : « Homme, qui donc m’a établi pour être votre juge ou l’arbitre de vos partages ? »
Puis, s’adressant à tous : « Gardez-vous bien de toute avidité, car la vie de quelqu’un, même dans l’abondance, ne dépend pas de ce qu’il possède. »
Et il leur dit cette parabole : « Il y avait un homme riche, dont le domaine avait bien rapporté.
Il se demandait : “Que vais-je faire ? Car je n’ai pas de place pour mettre ma récolte.”
Puis il se dit : “Voici ce que je vais faire : je vais démolir mes greniers, j’en construirai de plus grands et j’y mettrai tout mon blé et tous mes biens.
Alors je me dirai à moi-même : Te voilà donc avec de nombreux biens à ta disposition, pour de nombreuses années. Repose-toi, mange, bois, jouis de l’existence.”
Mais Dieu lui dit : “Tu es fou : cette nuit même, on va te redemander ta vie. Et ce que tu auras accumulé, qui l’aura ?”
Voilà ce qui arrive à celui qui amasse pour lui-même, au lieu d’être riche en vue de Dieu. »

Publié dans Non classé | Commentaires fermés

Homélie

Posté par rtireau le 28 juillet 2019

Dix-huitième dimanche dans l’année C - 4 août 2019

Qohèlet 1,2. 2, 21-23 ;  Psaume 89 ; Colossiens 3, 1 … 11 ;  Luc 12, 13-21 

Pour comprendre l’évangile, un mot sur la législation à l’époque de Jésus. Pour sauvegarder le patrimoine familial, le droit juif prévoyait que la totalité des propriétés immobilières revenait au fils aîné, ainsi qu’une double part des biens mobiliers. C’était le droit d’aînesse. Ce qui est raconté ici c’est sans doute qu’un aînés’est emparé de tout l’héritage et refuse de remettre à son cadet la petite part qui lui revient. Et on demande l’arbitrage de Jésus.

« Ah les affaires d’héritages !dit Gabriel Ringlet.On sait comme elles peuvent empoisonner l’existence quand le partage des biens ravive les jalousies et réveille des blessures d’enfance. Ici, un homme en appelle à l’intervention de Jésus auprès d’un frère qui préfère, semble-t-il, laisser l’héritage indivis. Cette demande d’arbitrage devrait honorer Jésus. L’homme qui l’interpelle « du milieu de la foule »montre en effet la considération dont jouissait le jeune maître. Mais Jésus refuse de jouer ce rôle. Il n’est pas notaire. Il ne dit pas le droit. Sa mission est d’une autre nature : il donne sens, il interpelle, il avertit.

L’Évangile de Thomas,un texte poétique découvert en Égypte en 1945, vient souvent jeter sur les Évangiles canoniques une lumière subtile qui élargit parfois l’interprétation. Comme ici, justement, quand Jésus réplique un peu durement : “Qui m’a établi pour être votre juge ou l’arbitre de vos partages ?”Dans L’Évangile de Thomas, cela devient : “ô homme, qui a fait de moi un diviseur ? Il se retourna vers ses disciples et leur dit : vraiment, suis-je un diviseur?”Bouleversante question, si proche de ce que pouvait ressentir Jésus à ce moment-là. Car il est vrai que les autorités religieuses l’accusent de diviser le peuple. Et manifestement cette accusation le blesse. »

C’est une tentation permanente des hommes de demander à la religion de sacraliser leurs options ou leurs intérêts. Jésus ne veut pas entrer dans ce que l’homme doit résoudre lui-même. Mais il indique où est l’essentiel. Il invite à prendre de la hauteur : “Gardez-vous bien de toute avidité, car la vie de quelqu’un… ne dépend pas de ce qu’il possède.” C’est la vie de l’homme  qui est première, pas la richesse ! Et il raconte sa parabole du riche propriétaire. Le gars avec sa récolte et ses greniers est totalement préoccupé par l’en-bas. En fait, il est déjà mort : “Cette nuit-même, on va te redemander ta vie.”Évident puisque tu n’en fais rien. Dans certains rites funéraires antiques on mettait une pièce d’or dans la bouche du mort, pour payer son passage sur le fleuve obscur. Mais les archéologues retrouvent les monnaies : elles n’ont pas servi, elles n’ont pas cours en ce pays si lointain et si proche.

Saint Paul disait : “Pensez aux réalités d’en-haut, non à celles de la terre.” Il y a le monde des apparences, le visible, le concret. Mais il ne peut donner un sens à notre vie. Et puis ce monde est traversé par un nouveau monde en train de germer au-delà des apparences. Ne vous enchaînez pas au service du faux-dieu-argent qui déshumanise. La vie de l’hommene s’achève pas ici-bas. Le coffre fort ne suit pas le cercueil ! Dieu est la seule valeur stable. Tout le reste est passager, “vanité des vanités” disait la 1èrelecture. La richesse n’est pas mauvaise pour autant. Mais la bonne question est de savoir pour quielle est dépensée. Jamais on ne s’est assuréautant que de nos jours : accidents, incendie, intempéries. Tout ça est du progrès et on le voudrait pour tous. Mais quelle compagnie, quel groupe nous assurera contre la sécheresse du cœur et l’anémie du goût de vivre ? Ce serait ça la véritable Assurance-Vie, celle qui nous garderait fervents et joyeux jusqu’au jour où l’on part, les mains ouvertes, sans rien, pour le plus grand des voyages.

Et si tout ça était une invitation à comprendre que les réalités d’en-haut sont une manière de vivre l’en-bas,une manière de prendre de la hauteur. Le chemin est bien celui de l’incarnation et de la résurrection, celui de Jésus qui s’est immergé dans le quotidien humain, tout en y prenant sa hauteur de ressuscité. J’aime bien ce petit mot de Pierre Schaeffer, intituléperformance:“Tous nous sommes des encombrés. Nos voitures se touchent, nos pare-chocs se frôlent et font du mieux qu’ils peuvent pour ne pas se choquer. Nos journaux foisonnent, nos dialogues se superposent. Aussi, faut-il continuer, ne pas se taire, parler encore, fabriquer un message, un discours, un véhicule, une fusée, tirer, viser, aller plus haut, plus vite, plus loin, établir un nouveau score, une performance jamais atteinte : par exemple dire un mot à son voisin, un mot qui serait compris.”

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

Evangile du 17° dimanche dans l’année C – 28 juillet 2019

Posté par rtireau le 22 juillet 2019

mains-ouvertes02

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 11, 1-13. 

Il arriva que Jésus, en un certain lieu, était en prière. Quand il eut terminé, un de ses disciples lui demanda : « Seigneur, apprends-nous à prier, comme Jean le Baptiste, lui aussi, l’a appris à ses disciples. »
Il leur répondit : « Quand vous priez, dites : Père, que ton nom soit sanctifié, que ton règne vienne.
Donne-nous le pain dont nous avons besoin pour chaque jour.
Pardonne-nous nos péchés, car nous-mêmes, nous pardonnons aussi à tous ceux qui ont des torts envers nous. Et ne nous laisse pas entrer en tentation.»
Jésus leur dit encore : « Imaginez que l’un de vous ait un ami et aille le trouver au milieu de la nuit pour lui demander : “Mon ami, prête-moi trois pains,
car un de mes amis est arrivé de voyage chez moi, et je n’ai rien à lui offrir.”
Et si, de l’intérieur, l’autre lui répond : “Ne viens pas m’importuner ! La porte est déjà fermée ; mes enfants et moi, nous sommes couchés. Je ne puis pas me lever pour te donner quelque chose.”
Eh bien ! je vous le dis : même s’il ne se lève pas pour donner par amitié, il se lèvera à cause du sans-gêne de cet ami, et il lui donnera tout ce qu’il lui faut.
Moi, je vous dis : Demandez, on vous donnera ; cherchez, vous trouverez ; frappez, on vous ouvrira.
En effet, quiconque demande reçoit ; qui cherche trouve ; à qui frappe, on ouvrira.
Quel père parmi vous, quand son fils lui demande un poisson, lui donnera un serpent au lieu du poisson ?
ou lui donnera un scorpion quand il demande un œuf ?
Si donc vous, qui êtes mauvais, vous savez donner de bonnes choses à vos enfants, combien plus le Père du ciel donnera-t-il l’Esprit Saint à ceux qui le lui demandent ! »

Publié dans Non classé | Commentaires fermés

Homélie

Posté par rtireau le 22 juillet 2019

17° dimanche dans l’année C – 28 juillet 2019

Genèse 18, 20-32 ; Psaume 137 ; Colossiens 2, 12-14 ; Luc 11, 1-13

Avez-vous remarqué que le Notre Pèreest d’abord un extrait de la Parole de Dieu- On vient de l’entendre selon Saint Luc, plus brève que selon Saint Matthieu qu’on connaît mieux. Comme toute parole d’Evangile elle est d’abord faite pour être écoutée. La prièreest donc un rendez-vous avec Dieu, d’abord pour l’écouter.

Notez aussi qu’On dit Notre PèreOn dit Nouset pas Je. On se trouve devant Dieu dans la communion de ceux qui se reconnaissent enfants du même Père. La prière qui ne conduirait pas les humains à devenir frères n’est pas une prière que Dieu peut exaucer.

- François Varonedans son livre Ce Dieu absent qui fait problème écrit ceci : “Le soleil est déjà levé. Ouvrir mes volets ne fait pas lever le soleil, ça permet seulement au soleil d’entrer dans ma maison, de la réchauffer et de l’illuminer. Telle est la 1èrefonction de la prière : Dieu est déjà levé sur ma vie, je le laisse entrer.”

Il y en a qui prétendent que la prière est toujours exaucée. Vous croyez ça, vous ? dit Jean Corbineau.Et il continue : “Le croyant qui prie est toujours exaucé. Il n’est pas épargné, il est exaucé. Il n’est pas assisté, il est exaucé. J’ai toujours été exaucé, je préférerais dire exhaussé. La prière me grandit, me fait voir de plus haut, me fait passer à l’étage supérieur.” Et il cite une une maman : “J’ai déjà expérimenté l’efficacité de la prière. Je sais  qu’en priant il me faudra changer. Si je prie pour quelqu’un qui souffre, je vais être obligée d’être logique et de me laisser envoyer par Dieu vers lui. Si je prie pour quelqu’un que je n’aime pas trop, cette prière ne me laissera pas la possibilité de me défouler dans la critique. Si je prie, je ne peux pas laisser ce coin d’ombre qui m’arrange dans mon couple ou ma profession. Ça m’arrangerait, mais la prière me dérange.”

Et le Cardinal Etchegaray“Si je demande notrepain de chaque jour, je dois donner moi-même ce pain à ceux qui en manquent. Si je prie pour la paix, je dois m’engager sur le chemin de la paix.C’est ça l’Evangile : prier les bras en croix le Dieu qui n’aime pas les bras croisés.”

- Encore2 évocationspour donner à penser. La 1èreesttrès brève (soyez attentifs) : Saint Augustin s’adresse à Dieu : “Tu étais en moi. Mais moi j’étais hors de moi : je te cherchais dehors. Tu étais avec moi ; je n’étais pas avec toi, puisque je n’étais pas chez moi.” 

La 2èmeest de Timothy Radcliffe (ancien maître des dominicains) : “Dès la naissance, les parents commencent à parler à l’enfant. Bien avant qu’il ne soit capable de comprendre, un enfant est nourri et bercé de mots. Le père et la mère ne parlent pas à l’enfant pour l’informer. Ils l’animent de leur parole. Il devient humain dans cet océan de langage. Petit à petit, il saura trouver une place dans l’amour que partagent ses parents. Sa vie grandit en humanité. De même nous sommes transformés par l’immersion dans la Parole de Dieu. Nous ne lisons pas la Parole pour y chercher information. Nous y réfléchissons, nous l’étudions, la méditons, la buvons et la mangeons. « Que ces paroles que je te dicte aujourd’hui restent dans ton cœur ! Tu les répéteras à tes fils, tu les leur diras aussi bien assis dans ta maison que marchant sur la route…» (Dt 6, 6…) Un couple de mes amis a adopté un enfant. Ils l’ont trouvé dans un hôpital à Saïgon, orphelin de la guerre du Viêt-Nam. Les 1ersmois, personne n’avait eu le temps de s’en occuper. Il a grandi sans savoir sourire. Mais ses parents adoptifs lui ont parlé et souri, œuvre d’amour. Je me souviens du jour où pour la 1èrefois il a renvoyé un sourire. La Parole de Dieu nous nourrit, afin que nous prenions vie, en humains, et devenions même capables de renvoyer le sourire de Dieu.”

Enfin pour conclure, ces mots du Frère Philippe Jaillot : “Dans l’Évangile, Jésus donne un nom surprenant à l’audace. Il parle de « sans-gêne ». « Même s’il ne se lève pas pour donner par amitié, il se lèvera à cause du sans-gêne de cet ami. »Mais est-ce que ça s’apprend, le sans-gênedont parle Jésus ? Il suffit peut-être d’avoir conscience que ce sans-gêneporte un nom ? Il s’appelle Esprit Saint. Saint Paul dit bien : « C’est l’Esprit qui crie en nous : ‘Abba, Père’. »(Romains 8, 15) Notre Dieu nous donne deux conseils de prière. Le Notre Pèreet le sans-gêne. Comme s’il nous disait : apprenez le langage de la foi mais ayez aussi l’audace des amoureux ! ”

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

Evangile du 16° dimanche dans l’année C – 21 juillet 2019

Posté par rtireau le 17 juillet 2019

my_marthe_et_marie-31be8

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 10,38-42. 

En ce temps-là, Jésus entra dans un village. Une femme nommée Marthe le reçut.
Elle avait une sœur appelée Marie qui, s’étant assise aux pieds du Seigneur, écoutait sa parole.
Quant à Marthe, elle était accaparée par les multiples occupations du service. Elle intervint et dit : « Seigneur, cela ne te fait rien que ma sœur m’ait laissé faire seule le service ? Dis-lui donc de m’aider. »
Le Seigneur lui répondit : « Marthe, Marthe, tu te donnes du souci et tu t’agites pour bien des choses.
Une seule est nécessaire. Marie a choisi la meilleure part, elle ne lui sera pas enlevée. »

Publié dans Non classé | Commentaires fermés

Homélie

Posté par rtireau le 17 juillet 2019

16° dimanche dans l’année C - 21 juillet 2019

Genèse 18, 1-10a ; Psaume 14 ; Colossiens 1, 24-28 ; Luc 10, 38-42

“Aux chênes de Mambré, le Seigneur apparut à Abraham, qui était assis à l’entrée de la tente”(1èrelecture). Abraham a vu trois hommes et pourtant il s’adresse à eux comme à un seul. Il s’agit sans doute de Dieu, entouré de deux anges. En tous cas, c’est un récit pour dire l’importance du devoir d’hospitalité dans la Bible. L’attitude d’Abraham lui permet de recevoir Dieu lui-même en la personne des trois étrangers. Vous arrive-t-il de penser que vos invités seraient Dieu lui-même ? C’est souvent difficile car leur visage peut être déformé… et nos lunettes déformantes. La prière d’invitation d’Abraham est émouvante : “Mon Seigneur, si j’ai pu trouver grâce à tes yeux, ne passe pas sans t’arrêter près de ton serviteur ».Elle annonce déjà la prière des marcheurs d’Emmaüs : « Jésus fit semblant d’aller plus loin ».Ils lui dirent alors : « Reste avec nous… et il entra pour rester avec eux … « 

Dans l’évangile, Jésus est accueilli par deux femmes. L’une des deux, Marie, est assise aux pieds du Seigneur et écoute son enseignement. Il est bon de savoir que Marie ne devrait pas avoir cette attitude. Elle n’observe pas les règles les plus élémentaires de la religion au temps de Jésus. Car les femmes étaient alors exclues de l’enseignement religieux. On lisait par exemple dans la Mishna, c’est à dire la littérature rabbinique, à la fin du premier siècle : “Apprendre la loi à sa fille est comme lui apprendre la débauche.” Or Jésus encourage Marie à suivre son enseignement, alors que sa place devrait être la même que Marthe, à la cuisine. On a du mal à imaginer aujourd’hui l’aspect provoquant de ce récit. Mais on comprend assez bien l’agacement de Marthe.

Un peu trop rapidement on a souvent rangé Marthe et Marie dans les deux catégories commodes de l’action et de la prière. “Marie a choisi la meilleure part” est une phrase qui a pu conduire à conclure que la contemplation serait meilleure que l’action, que la prière passerait avant la mission plus concrète. Evitons cette fausse piste : d’abord l’histoire de Marthe et Marie suit immédiatement l’histoire du bon Samaritain qui laisse entendre plutôt l’inverse, comme si Marthe était la bonne Samaritaine. Et puis la première lecture d’aujourd’hui est totalement du côté de l’hospitalité active.

C’est un peu une maladie de l’homme qui consiste à tout enfermer dans des catégories bien distinctes pour faciliter sa manière de penser et d’agir. Mais au fait, dans le texte, il n’est question ni de prier ni de contempler. Il n’est question que d’écouter. En plus, dans la langue de Jésus, le comparatif n’existe pas et l’accueil n’est pas divisible : quand je suis invité, j’aime être nourri et … écouté. Marthe et Marie, les bonnes Samaritaines de l’Évangile, rappellent que la générosité, même agitée, et l’attention, même insouciante, sont les deux faces maîtresses d’une même charité. Pas question de supériorité ou d’infériorité mais de priorité. Si l’écoute est première, c’est que la Parole est première.Tout au début, à l’origine de tout, la Parole créatrice, Parole qui donne Vie, Parole qui fait exister.

Il est dit que Marthe reçoitJésus, mais on voit bien que son accueil est un accueil qui veut donner. L’accueil de Marie est un accueil qui veut recevoirA vrai dire c’est Marie qui reçoit Jésus. Le signe qu’elle le reçoit, c’est qu’elle ne parle pas. Elle écoute, toute occupée à se nourrir des paroles qui font exister. Bien entendu, Jésus ne reproche pas à Marthe l’activité qu’elle déploie. Il aura même souvent l’occasion de dire que l’écoute de la parole est inséparable du service concret des frères. Et la première lettre de saint Jean le rappelle : “celui qui dit : « j’aime Dieu » et qui n’aime pas ses frères est un menteur.” Il nous faut donc réconcilier en nous Marthe et Marie.

Un dimanche sous le signe de l’hospitalité, tout à fait adapté à la saison des vacances. En effet, bien des occasions se présentent pour accueillir des invités, ou pour être hébergé, accueilli, nourri. Rappelez-vous que le mot hôte,en français, se comprend dans les deux sens (celui qui reçoit et celui qui est reçu), tant il est vrai que l’expérience de l’hospitalité est celle d’une réciprocité. Tout moment de dialogue vrai entre des personnes qui prennent le temps de s’accueillir et de laisser parler leur cœur est expérience d’hospitalité.

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

1...34567...37
 

boutiqueesoterique |
Entre Dieu et moi paroles d... |
Eglise de Maison |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Vous connaîtrez la vérité e...
| CHORALE "VOIX DES ANGES" D'...
| Le son de la trompette